Affaire Seznec

affaire criminelle
Annonce de l'arrestation de Guillaume Seznec.

L'Affaire Seznec est une énigme judiciaire du XXe siècle.

CitationsModifier

Avec son bandeau sur les yeux, la justice était aveugle. Depuis l'affaire d'Outreau, elle est devenue sourde. Avec l'affaire Seznec, elle est devenue folle. Honte à elle ! Les juges avaient une occasion unique de se racheter. C'est raté.
  • Déclaration à la suite du 14e et dernier rejet du recours en révision du procès Seznec.
  • Denis Le Her-Seznec, 14 décembre 2006, dans Le Figaro, paru 15 décembre 2006, Cyrille Louis.


Mais, concernant Seznec, comment prouver qu'il est innocent d'un meurtre dont on ne sait même pas s'il a été commis ? Comment découvrir la preuve de l'innocence alors qu'il n'y a aucune preuve de culpabilité ? La procédure en révision est, en elle-même, perverse à cet égard. Elle contraint celui qui demande la révision à démontrer l'impossible ! Cela explique que depuis 1945 en France — mais il en va de même ailleurs — seuls sept condamnés ont été finalement acquittés après révision.
  • Éditorial à la suite du 14e et dernier rejet du recours en révision du procès Seznec.
  • Jean-Noël Cuénod, 14 décembre 2006, dans La Tribune de Genève, paru 15 décembre 2006, Jean-Noël Cuénod.


Monsieur, vous avez le droit de maudire vos juges, mais respectez cette enceinte.
  • Réponse du Président Cotte à l'issue du 14e rejet du procès en révision de Guillaume Seznec.
  • Bruno Cotte, 14 décembre 2006, dans Ouest France, paru 15 décembre 2006, Bernard Le Solleu.


Ce n'est pas un arrêt de justice qui a été prononcé, c'est un réquisitoire. Tous les faits qui risquaient de provoquer la révision ont été passés sous silence. La Cour de cassation ne veut pas qu'il y ait des requêtes en révision. En fait, le doute, pour elle, est un élément de culpabilité.
  • Déclaration à la suite du 14e et dernier rejet du recours en révision du procès Seznec.
  • Jean-Denis Bredin, avocat de la famille Seznec, 14 décembre 2006, dans Ouest France, paru 15 décembre 2006, Ouest France.


Pour révoltante qu'elle apparaisse, cette position obéit à une certaine logique: sauvegarder vaille que vaille « l'autorité de la chose jugée. »
  • Éditorial à la Tribune de Genève à la suite de l'arrêt du 14 décembre 2006.
  • Jean-Noël Cuénod, 15 décembre 2006, dans La Tribune de Genève, paru 15 décembre 2006, Jean-Noël Cuénod.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :