Alexandra David-Néel

exploratrice, écrivaine et anarchiste française

Alexandra David-Néel (24 octobre 1868, Saint-Mandé - 8 septembre 1969 à Digne), est une orientaliste, tibétologue, écrivaine et exploratrice, franc-maçonne et bouddhiste française.

Alexandra David-Néel en 1933.

Citations d'Alexandra David-NéelModifier

Sans entrer dans de plus longues considérations à ce sujet, on peut juger de la différence capitale existant entre l'idée primordiale du bouddhisme et la religion de nos pays. Tandis que l'une dit au pauvre, au malheureux étreint par la douleur : “Résigne-toi, courbe le front !”, l'autre lui crie : “Combats ta souffrance, cesse d'être victime de ta propre stupidité ! Tes erreurs, tes préjugés sont les divinités des ténèbres sur l'autel de qui tu immoles le meilleur de ta vie. Apprends à connaître la nature des choses qui t'environnent, à te connaître toi-même. Rends-toi intelligent et la connaissance te fera libre et heureux. »
  • (fr) « Notes sur le bouddhisme (in L'Étoile socialiste du 18 avril 1895) », Mitra (pseudonyme d'Alexandra David-Néel) (1895), dans Le Lumineux Destin d'Alexandra David-Néel (1985), Jean Chalon, éd. Librairie académique Perrin, 1985  (ISBN 2-262-00353-X), p. 87-88


Au pays des brigands gentilhommes (1933)Modifier

Qu'importe la valeur plus ou moins grande, selon notre évolution humaine, des êtres qui disparaissent. Ce qui compte et s'impose à la pensée comme une cruelle énigme, c'est le fait de la disparition. La mort était passée, elle venait d'immobiliser une activité joyeuse, éteindre une flamme intelligente, de transformer en une chose inerte, que la corruption allait bientôt dissoudre, cela qui avait senti, pensé, aimé.
  • (fr) Grand Tibet et vaste Chine (1933), Alexandra David-Neel, éd. Plon, 1999, p. 26


La façon dont les chinois ont été traités par les "conquérants" blancs installés dans leur pays a fait naître chez les indigènes qui ont été en rapport avec eux une humilité, une servilité couvrant une haine secrète et violente. Tel boy qui aujourd'hui prend sa mesquine revanche en trompant son maître sur le prix d'un achat, demain, les événements aidant, lui coupera joyeusement la tête.

Nous avons créé une race de chiens enragés en Asie. Il n'est de cage si solide que le temps ne l'use : nous nous ferons déchirer.

  • (fr) Grand Tibet et vaste Chine (1933), Alexandra David-Neel, éd. Plon, 1999, p. 174


Citations rapportées d'Alexandra David-NéelModifier

Bien-sûr que cette distinction [la Légion d'honneur] me fait plaisir, mais j'aurais tellement mieux aimé accueillir ici [à Samten Dzong] le 14e dalaï-lama !


Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux. Elle vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine.
  • Citation rapportée par Marie-Madeleine Peyronnet
  • (fr) Le Lumineux Destin d'Alexandra David-Néel (1985), Jean Chalon, éd. Librairie académique Perrin, 1985  (ISBN 2-262-00353-X), p. 490-91


Traductions d'Alexandra David-NéelModifier

Oiseau blanc prête-moi tes ailes,
Je n'irai pas loin.
Ayant fait le tour de Litang
Je reviendrai bientôt.

  • (bo)
  • (fr) Textes tibétains inédits, Tsangyang Gyatso,Alexandra David-Néel, éd. Éditions Pygmalion, 1977, p. 96


Liens externesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :