Ouvrir le menu principal

Andreï Tarkovski

réalisateur soviétique

Andreï Arsenievitch Tarkovski (en russe : Андрей Арсеньевич Тарковский) (4 avril 1932 à Zavrajye (Russie) - 28 décembre 1986 à Neuilly-sur-Seine) est un réalisateur soviétique.

Citations d'Andreï TarkovskiModifier

L'art nous fait appréhender le réel à travers une expérience subjective. Avec la science, la connaissance de l'univers évolue d'étape en étape, comme si elle gravissait les degrés d'un escalier sans fin, chacune réfutant souvent celle qui l'a précédée, au nom de vérités particulières objectives. En art, la connaissance est toujours une vision nouvelle et unique de l'univers, un hiéroglyphe de la vérité absolue. Elle est reçue comme une révélation, ou un désir spontané et brûlant d'appréhender intuitivement toutes les lois qui régissent le monde : sa beauté et sa laideur, sa douceur et sa cruauté, son infinité et ses limites.

  • Le Temps scellé, Andreï Tarkovski (trad. Anne Kichilov et Charles H. De Brantes), éd. Philippe Rey, 2014  (ISBN 978-2-84876-384-2), p. 48


L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains. L'art contemporain a fait fausse route quand il a remplacé la quête du sens de la vie par l'affirmation de l'individualité pour elle-même. Cette prétendue création prend un air suspect avec sa proclamation de la valeur intrinsèque de l'acte personnel. Car l'individualisme ne s'affirme pas dans la création artistique. Elle est au service de l'idéal. L'artiste est un serviteur, éternellement redevable du don qu'il a reçu comme par miracle.

  • Le Temps scellé, Andreï Tarkovski (trad. Anne Kichilov et Charles H. De Brantes), éd. Philippe Rey, 2014  (ISBN 978-2-84876-384-2), p. 49


Le sens de la vérité religieuse est dans l'espérance. La philosophie recherche la vérité, définissant les buts de l'activité de l'homme, les limites de sa raison, le sens de son existence, même si parfois sa conclusion est que la vie est absurde et les efforts de l'homme sont vains.
La fonction de l'art n'est pas, comme le croient même certains artistes, d'imposer des idées ou de servir d'exemple. Elle est de préparer l'homme à sa mort, de labourer et d'irriguer son âme, et de la rendre capable de se retourner vers le bien.

  • Le Temps scellé, Andreï Tarkovski (trad. Anne Kichilov et Charles H. De Brantes), éd. Philippe Rey, 2014  (ISBN 978-2-84876-384-2), p. 55


Nous sommes les témoins du dépérissement du spirituel, alors que le matériel a depuis longtemps formé son propre système organique, qui est même devenu le fondement de notre vie sclérosée et menacée de paralysie. Tout le monde voit bien que le progrès matériel n'apporte pas aux hommes le bonheur. Mais néanmoins, tels des fanatiques, nous continuons à en multiplier les performances. Ce faisant, nous en sommes arrivés à la situation évoquée dans Stalker : le présent se confond avec le futur, en ce sens que le présent renferme tous les prémisses de l'inévitable catastrophe que nous réserve le proche avenir, ce dont nous avons pleinement conscience, tout en étant incapables de l'éviter.

  • Le Temps scellé, Andreï Tarkovski (trad. Anne Kichilov et Charles H. De Brantes), éd. Philippe Rey, 2014  (ISBN 978-2-84876-384-2), p. 272


Je suis persuadé que nous nous trouvons actuellement au bord de l'anéantissement de notre civilisation.
  • Andreï Tarkovski, Antoine de Baecque, éd. Cahiers du Cinéma, 1989  (ISBN 2-86642-084-5), p. 117


ŒuvresModifier

Andreï Roublev, 1969Modifier

Voir le recueil de citations : Andreï Roublev

Le Miroir, 1975Modifier

Voir le recueil de citations : Le Miroir

Stalker, 1979Modifier

Voir le recueil de citations : Stalker

Nostalghia, 1983Modifier

Voir le recueil de citations : Nostalghia

Le Sacrifice, 1986Modifier

Voir le recueil de citations : Le Sacrifice

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :