Anna Koty

Anna Koty, de son vrai nom Anna Baï Koty Dangnivo, née en 1955 à Assedji (Athiémé) au Bénin, est une femme de lettres béninoise.

Citations d'Anna KotyModifier

L'enfant du pauvre ne mange pas de beignets aux crevettes.


Ma femme me sectionnerait les couilles, elle me castrerait comme un vulgaire bouc, si je m'y hasardais.
  • Le temple de la Nuit profané, Anna Koty, éd. Star Editions, 2016  (ISBN 978-99919-2-490-8), p. 103-104


Mais retiens qu'on devient la serpillière d'une femme qu'on respecte trop, même si elle vous le rend bien.


Il n'a oublié qu'une chose, comme le dit l'adage : "les conseillers ne sont pas les payeurs".


Seul ce que les yeux voient fait vraiment mal !


Les hommes sont des balais, prêts à frotter tous les espaces qui se présentent à eux.


Construis ton ménage, rends-toi heureuse, nul n'est parfait.


Une femme n'est pas un tambour[..] Halte aux violences faites aux femmes !


La femme que tu ne bats pas ne te respecte pas, et ne sait pas que tu es son maître, le chef de famille.


Priver un enfant de son père, ce n'est pas bon, le priver de sa mère, c'est pire encore.


Sê do mon houn ta ni ko. Si le destin le programme, que la chance m'en préserve.


L'homme et la femme se complètent. Il n'y a ni supériorité ni infériorité.


Une femme doit obéissance à son mari, un point, un trait.


Les femmes et les hommes sont égaux en droits et en devoirs. Cela s'apprend à l'école.


Nul n'est censé ignorer la loi, et nul n'est au-dessus de la loi.


Tout peut se régler avec le dialogue.


Au lieu de porter la main sur une femme qui n'est pas votre enfant, il vaut mieux divorcer.


L'argent est un bon serviteur mais un mauvais maître..


À trop courir après l'argent, on peut tout perdre: [..].


Les enfants ne doivent pas être les comptables des erreurs et des mauvais comportements de leurs géniteurs. Ils n'y sont pour rien.


Liens externesModifier