Antoine et Colette

film de François Truffaut

Antoine et Colette est un film réalisé en 1962 par François Truffaut. Le scénario et les dialogues sont de François Truffaut.

CitationsModifier

Le narrateur : Antoine Doinel a maintenant 17 ans. Ses quatre cents coups d'adolescent l'ont conduit devant le juge pour enfants. Évadé du centre d'observation des mineurs délinquants, il a été repris cinq jours après sa fuite et transféré dans un autre centre mieux surveillé. Une jeune psychologue attachée à l'établissement s'étant intéressée à son cas, il a finalement été remis en liberté surveillée. Antoine s'est organisé minutieusement une vie solitaire et indépendante. Passionné de musique, il travaille dans une maison d'édition de musique, il a enfin réalisé son rêve d'adolescent : vivre seul, travailler, toucher un salaire, ne dépendre que de lui-même.
  • Voix off.
  • Henri Serre, Antoine et Colette (1962), écrit par François Truffaut


René Bigey : Tiens, ça me fait penser… tu te souviens quand t'étais planqué chez moi et qu'mon père est entré : « quelle tabagie ! »
  • Patrick Auffay, Antoine et Colette (1962), écrit par François Truffaut


Le beau-père de Colette : L'instruction, ça mène à rien. Tenez, prenez Victor Hugo…
La mère de Colette : Oh non, j't'en prie ! Fous-lui la paix avec Victor Hugo.
Le beau-père de Colette : Victor Hugo a dénoncé le mal, mais il n'a pas indiqué le remède. Trouvez pas ?

  • François Darbon, Rosy Varte, Antoine et Colette (1962), écrit par François Truffaut


Colette : Question : Où est-on mieux qu'au sein de sa famille ? Réponse : Partout ailleurs.
Le beau-père de Colette : Hervé Bazin.
Colette : Oui, oui. C'est dans Vipère au poing.

  • Marie-France Pisier, François Darbon, Antoine et Colette (1962), écrit par François Truffaut


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :