Dorothée Dussy

Dorothée Dussy est une anthropologue française.

Citations propres à l'auteurModifier

L'interdit de l'inceste protège l'inceste.


L'enfant incesté qui aurait des velléités de partager son expérience constate qu'on ne parle pas d'inceste. Personne n'en parle, il n'y a aucun espace de dialogue pour évoquer l'inceste, aucun film d'enfant qui raconte une scène d'inceste, aucun copain ou copine qui fasse part d'une situation équivalente. (...) Priver les enfants d'informations réelles et précises sur l'inceste est un moyen de les empêcher de nommer, par identification, les violences qui leur sont faites. (...) Sans point de comparaison on définit la normalité à partir de son expérience.


Les adultes de la famille incestueuse se divisent en deux grandes catégories. Ceux qui ont eux-même incesté et qui sont habitués au silence dans leur chair ; ceux là ne savent pas parler. Et, pour le dire un peu vite, mais juste, ceux qui n'ont pas été incestés et qui préfèrent sacrifier un membre de la famile - l'incesté - pour leur confort.


Dire l'inceste sans mots adaptés pour le faire ne constitue pas une brèche dans le système silence. En revanche, ces vaines tentatives de l'enfant pour se soustraire aux abus sexuels, pour s'y opposer, ou pour les nommer, lui apprend l'inutilité de la révolte. L'enfant apprend la résignation. Chaque tentative manquée pour se plaindre marque au contraire un succès dans la didactique du renoncement, succès proportionnel à l'investissement de l'enfant dans sa tentative de mettre fin aux abus. Ensuite, dans sa vie, et quel que soit le sujet, l'incesté saura qu'il est inutile de lutter.


Cet apprentissage opère comme un habitus où les incestés s'accoutument à mentir, depuis le premier geste sexuel posé sur eux, creusant, mensonge après mensonge, le piège du discrédit dans lequel ils passent ensuite de reste de leur vie, continuant à mentir comme on continue à manger avec un couteau et une fourchette parce que c'est ce qu'on a intériorisé comme conduite socialement appropriée étant petit.


L'incesté, causant un tort certain à son aimable et aimé incesteur, porte donc le double fardeau du viol et de la culpabilité de moucharder le viol. La décision de porter une accusation publique contre son père ou son frère n'est en réalité légitime ni du point de vue de la famille ni du point de vue de la société, ce qu'atteste le travail du législateur. Au point qu'il a prévu des exceptions aux codes pour exonérer les proches parents d'avoir à signaler un délit commis par un des leurs.


L'échelle de gravité des infractions sexuelles est calée sur une conception masculine du crescendo sexuel. (...) Si les gestes sexuels sans pénétration sont passibles d'une sanction moindre parce qu'ils sont considérés comme moins graves, c'est en référence au plaisir moindre qu'ils procurent aux hommes. (...) Dans le même esprit, la sanction imposée par la Cour est plus importante quand la victime est un garçon, parce que le viol paraît plus dommageable pour un garçon que pour une fillette.


Contrairement à ce que dit la mythologie, l’incesteur est dans la réalité tout à fait bien traité et bien perçu en prison.


En l’état des connaissances, aucun individu, dans la grande variété des autres espèces animales, ne prend pour partenaire sexuel un être sexuellement immature. C’est notre petit plus, à nous, humains. Mais c’est un petit plus incroyablement constant.


Liens externesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :