Ouvrir le menu principal

Fawzia Zouari

écrivaine et journaliste tunisienne
Fawzia Zouari (2017).

Fawzia Zouari (arabe : فوزية الزواري), née le 10 septembre 1955 à Dahmani, est une écrivaine et journaliste tunisienne.

Citations rapportéesModifier

Je ne suis pas Diam's, 2015Modifier

Je ne souhaite pas exposer davantage qu'ils ne le sont déjà les musulmans à la vindicte générale. Je souhaite au contraire mettre à part une minorité d'entre eux, dont il faut dénoncer le mépris du Blanc, la christianophobie, la judéophobie et le peu de cas fait de l'histoire de France. S'il faut nous aventurer à sortir du silence, c'est parce que cette minorité met tous nos coreligionnaires sur le même banc des accusés. Et qu'il est établi que l'histoire se fait plus souvent avec les minorités agissantes qu'avec les majorités silencieuses.

  • Fawzia Zouari, Je ne suis pas Diam's, Stock, 2015
  • La guerre civile qui vient, Ivan Rioufol, éd. Albin Michel, 2016, p. 165


Ne vous trompez pas de combat, 2016Modifier

Oui, il y a une psychologie de la foule arabe, écrit Zouari [dans Libération le 28 février 2016]. Oui, les femmes sont perçues chez nous comme des corps à cacher. Oui, il y a, dans nos sociétés, un rapport pathologique à la sexualité induit par la morale religieuse. Oui, il y a une forme de racisme qui considère qu'on peut violer une juive ou une chrétienne parce qu'elle vaut moins qu'une musulmane. Oui, les intégristes sont dans la culture de la mort. Oui, les réfugiés en Europe doivent recevoir une éducation à l'égalité des sexes. Oui, il faut leur mettre un traité de laïcité dans la main. Leur enseigner le respect des femmes des autres religions. Des femmes tout court.

  • Extraits du New York Times, daté du 3 juillet 2016
  • « Ne vous trompez pas de combat », Emma-Kate Symons, Courrier international, nº Hors-série, Novembre-décembre 2016, p. 59


Sur la question de l'islam, il règne une atmosphère odieuse de consensus et de faiblesse. Il y a une frange d'intellectuels qui s'érigent en défenseurs des musulmans, quels que soient leurs torts. Ce sont nos avocats, nos porte-parole, et nous sommes sous leur protection. Comme à l'époque coloniale. On parle à notre place !

  • Extraits du New York Times, daté du 3 juillet 2016
  • « Ne vous trompez pas de combat », Emma-Kate Symons, Courrier international, nº Hors-série, Novembre-décembre 2016, p. 59


Cela revient à nous nier à nous, musulmanes, le droit de revendiquer les droits dont jouissent les occidentales, comme si nous ne les méritions pas. N'est-ce pas une forme insidieuse de mépris envers nos peuples que de ne pas les juger dignes des mêmes valeurs de liberté et d'égalité ?

  • Extraits du New York Times, daté du 3 juillet 2016
  • « Ne vous trompez pas de combat », Emma-Kate Symons, Courrier international, nº Hors-série, Novembre-décembre 2016, p. 59


Nous devons dénoncer le discours d'une intelligentsia française convaincue que c'est son devoir, et qu'il est en son pouvoir, des dicter aux intellectuels du monde arabe ce qu'ils doivent dire ou ne pas dire.

  • Extraits du New York Times, daté du 3 juillet 2016
  • « Ne vous trompez pas de combat », Emma-Kate Symons, Courrier international, nº Hors-série, Novembre-décembre 2016, p. 59