Fernand Léger

peintre, créateur de tapisseries et de vitraux, décorateur, céramiste sculpteur, dessinateur et sculpteur français
Message aux contributeurs
Un éditeur est en train de travailler en profondeur sur cet article. Merci de ne pas le modifier pour limiter les risques de conflit de versions jusqu'à disparition de cet avertissement.


Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.

Fernand Léger

Fernand Léger.jpg

CitationsModifier

Fonctions de la peintureModifier

Si l’imitation de l’objet dans le domaine de la peinture avait une valeur en soi, tout tableau du premier venu ayant une qualité imitative aurait plus de valeur picturale. Comme je ne crois pas qu’il soit nécessaire d’insister et de discuter un cas semblable, j’affirme donc une chose déjà dite, mais qu’il est nécessaire de redire ici : la valeur réaliste d’une œuvre est parfaitement indépendante de toute qualité imitative.
  • « Les origines de la peinture contemporaine et sa valeur représentative », 1913.
  • Fonctions de la peinture, Fernand Léger, éd. Gallimard, 2017  (ISBN 9782070329212), p. 25


Chaque artiste possède une arme offensive lui permettant de brutaliser la tradition. Cherchant l’éclat et l’intensité, je me suis servi de la machine, comme il arrive à d’autres d’employer le corps nu ou la nature morte. On ne doit jamais être dominé par le sujet. On est devant sa toile et non dessus, ou derrière. Sinon on date. L’objet fabriqué est là, absolu, polychrome, net et précis, beau en soi ; et c’est la concurrence la plus terrible que jamais artiste ait subie. Question de vie ou de mort, situation tragique, mais combien neuve ! Je ne me suis jamais amusé à copier une machine. J’invente des images de machines, comme d’autres font, d’imagination, des paysages.
  • « L’esthétique de la machine, l’ordre géométrique et le vrai », 1924.
  • Fonctions de la peinture, Fernand Léger, éd. Gallimard, 2017  (ISBN 9782070329212), p. 103


Créer un bel objet en peinture, c’est rompre avec la peinture sentimentale. Un ouvrier n’oserait livrer une pièce autrement que nette, polie, brunie. Rien n’y est éparpillé, tout fait bloc. Le peintre doit chercher à réaliser le tableau propre, possédant le fini. Les Primitifs songeaient à ces choses. Ils avaient la conscience professionnelle. La peinture est jugée au décimètre, alors que la mécanique l’est au dixième de millimètre. L’artiste met sa sensibilité au service d’un travail.
  • « L’esthétique de la machine, l’ordre géométrique et le vrai », 1924.
  • Fonctions de la peinture, Fernand Léger, éd. Gallimard, 2017  (ISBN 9782070329212), p. 104


Il faut vivre dans l’intensité; non pas jour par jour, mais heure par heure – nécessité de saisir l’événement nouveau juste au moment où le projecteur le balaie. L’œil doit être prompt et de bonne qualité. Pas le temps de sourciller, de battre de la paupière, ou alors trop tard. Le difficile est de faire son choix parmi tous ces nombres qui défilent.
  • « L’œil du peintre », 1946.
  • Fonctions de la peinture, Fernand Léger, éd. Gallimard, 2017  (ISBN 9782070329212), p. 237


La couleur est un besoin naturel comme l’eau et le feu. C’est une matière première indispensable à la vie, à toute époque de son existence et de son histoire, l’homme l'a associé à ses joies, ses actions, ses plaisirs.
  • « L’architecture moderne et la couleur, ou la création d’un nouvel espace vital », 1946.
  • Fonctions de la peinture, Fernand Léger, éd. Gallimard, 2017  (ISBN 9782070329212), p. 239


Citations surModifier

Voir aussiModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :