Françoise Combes

astrophysicienne française
Cette page est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en la modifiant.

Françoise Combes, née en 1952, est une astrophysicienne française.

Françoise Combes, 2010.

CitationsModifier

Mystères de la formation des galaxiesModifier

En astronomie, le télescope est une machine à remonter le temps […]. Cela permet d’observer aujourd’hui le passé des galaxies lointaines.
  • Mystères de la formation des galaxies : vers une nouvelle physique ?, Françoise Combes, éd. Dunod, 2008  (ISBN 978-2-10-049529-0), p. 2


Cette magie de la machine à remonter le temps est due à la limitation de la vitesse de la lumière (environ 300 000 km par seconde) qu’aucun signal ne peut dépasser, quelle que soit la vitesse du mobile qui l’émet. Aucun signal venant des galaxies voisines ne peut aller plus vite.
  • Mystères de la formation des galaxies : vers une nouvelle physique ?, Françoise Combes, éd. Dunod, 2008  (ISBN 978-2-10-049529-0), chap. Remonter le temps et observer l’Univers jeune. Le télescope, une machine à remonter le temps., p. 5


Plus on s’éloigne, plus on remonte dans le temps. Les images que nous avons des galaxies les plus lointaines observées aujourd’hui, proviennent de rayons de lumière qui ont été émis il y a 13 milliards d’années, lorsque l’Univers n’avait que 5 % de son âge actuel !
  • Mystères de la formation des galaxies : vers une nouvelle physique ?, Françoise Combes, éd. Dunod, 2008  (ISBN 978-2-10-049529-0), chap. Remonter le temps et observer l’Univers jeune. Le télescope, une machine à remonter le temps., p. 5


La Voie lactéeModifier

La bande lumineuse de la Voie lactée (aussi dénommée Galaxie), qui traverse le ciel en écharpe, a donné lieu à bien des mythes depuis la préhistoire. On y a vu par exemple la trace du lait échappé du sein d’Héra qui refusait de nourrir Héraclès, découvrant qu’il n’était pas son fils : d’où son nom qui a survécu jusqu’à nos jours. […] Mais la véritable nature de la Voie lactée n’a été révélée qu’en 1610 par Galilée (1564–1642), qui, grâce à la lunette astronomique, a résolu sa lumière diffuse en nombreuses étoiles. Il en dit : « La Voie lactée n’est rien d’autre qu’un amas d’étoiles innombrables. »
  • La Voie lactée, James Lequeux et Françoise Combes, éd. Edp sciences, 2013  (ISBN 978-2-7598-1039-0), chap. I. Introduction, p. 1


La matière noire dans l’universModifier

La découverte de la matière noire et la prise de conscience qu’il s’agissait bien d’un problème fondamental se sont étendues sur des dizaines d’années. La progression des idées dans ce domaine est très intéressante pour l’histoire des sciences, et l’épopée n’est pas encore terminée !
  • La matière noire dans l’univers : Leçon inaugurale prononcée le jeudi 18 décembre 2014, Françoise Combes, éd. Collège de France, 2016  (ISBN 9782722604254), p. en ligne


Comme le décrit très bien un proverbe chinois attribué à Confucius, « attraper un chat noir dans l’obscurité de la nuit est la chose la plus difficile qui soit, surtout s’il n’y a pas de chat ».
  • La matière noire dans l’univers : Leçon inaugurale prononcée le jeudi 18 décembre 2014, Françoise Combes, éd. Collège de France, 2016  (ISBN 9782722604254), p. en ligne


Autres citationsModifier

Les galaxies nous réservent encore bien des surprises, qu'elles soient nos voisines, dans le Groupe local, ou plus lointaines, rendues accessibles par les progrès des télescopes et détecteurs. Même notre propre Galaxie, la Voie lactée, se révèle sous un nouveau jour. Nous découvrons toujours plus de galaxies naines dans son voisinage, et nous surprenons notre Galaxie en train d'en détruire et d'en avaler certaines.
  • « Les secrets dévoilés des galaxies », Françoise Combes, Pour la science, nº 56 (dossier), 2007 (lire en ligne)


La cosmologie est l’étude de l’Univers dans son ensemble. Nous cherchons à comprendre, comment, à partir d’un espace rempli d’une énergie homogène après le Big Bang, toutes les structures que nous connaissons aujourd’hui se sont formées : les filaments cosmiques, les galaxies, les étoiles et les planètes.
  • « De l’origine de l’univers à l’énergie noire : conversation avec Françoise Combes, médaille d’or CNRS 2020 », The Conversation, The Conversation, 16 septembre 2020 (lire en ligne)


On peut observer des galaxies à divers moments de leurs vies. En effet, en astrophysique, dès qu’on observe loin, on voit le passé des galaxies, car la lumière des galaxies met longtemps pour parvenir jusqu’à nos télescopes. On peut d’ailleurs, en regardant le plus loin possible, remonter le temps jusqu’au Big Bang.
  • « De l’origine de l’univers à l’énergie noire : conversation avec Françoise Combes, médaille d’or CNRS 2020 », The Conversation, The Conversation, 16 septembre 2020 (lire en ligne)


Dans la grande incertitude où nous sommes, le recours à la simulation sur ordinateur est une précieuse façon d’expérimenter toutes les hypothèses possibles. En astronomie, il n’y a qu’un Univers, et on ne peut pas faire « d’expériences » au sens habituel en laboratoire.
  • Le ciel à découvert, Jean Andouze, éd. CNRS éditions, 2010  (ISBN 9782271119179), chap. Grandes structures et matière noire, p. 167-173


Citations rapportéesModifier

Plancher sur des théorèmes, c'était beaucoup trop abstrait, la physique me semblait offrir plus de possibilités de découvertes concrètes.
  • « Françoise Combes traque les mystères de l'Univers », Chloé Durand-Parenti, Le Point, 10 septembre 2020 (lire en ligne)


Nous avons conçu une énorme base de données qui recense des galaxies de toutes masses et de tous types (des spirales, des naines, des lenticulaires...) et dont on peut simuler à loisir les interactions et les fusions.
  • « Françoise Combes, médaille d’or 2020 du CNRS », Louise Mussat, CNRS Le journal, 10 septembre 2020 (lire en ligne)


La moitié du travail d'un chercheur, c'est de savoir et d'assimiler ce que les autres font.
  • « Françoise Combes : penser le monde à la lumière des galaxies », Olivia Gesbert, France Culture, 28 janvier 2021 (lire en ligne)


Citations surModifier

« En théorie 73 ans, mais si on a eu trois enfants, c’est 74… » On n’ose lui demander ce qu’elle fera à sa retraite. Dans le bureau que l’on n’a pas visité, il y a un tableau où, sur fond de nébuleuse dans les tons rose et bleu, on voit une traînée de poussières à tête de serpent. Françoise Combes peint. Elle fait le portrait du cosmos.
  • « Françoise Combes, portraitiste du cosmos », Pierre Barthélémy, Le Monde, 1 décembre 2020 (lire en ligne)


Voir aussiModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :