Françoise Giroud

journaliste et écrivaine française (1916-2003)

Françoise Giroud (1916 - 2003) est une journaliste, écrivain et personnalité politique française.

Françoise Giroud (1998).

Leçons particulières, 1990Modifier

Ce soir-là, donc, je l’attendais pour l’éprouvante cérémonie du dîner. Il s’est assis dans ma bibliothèque, cherchant le fauteuil le moins inhospitalier à son corps souffrant, il a croisé ses grandes jambes et, de sa voix détimbrée, m’a dit : « Donne-moi ta main… Écoute-moi… Je crois qu’il est temps d’en finir ».
  • Leçons particulières, Françoise Giroud, éd. Éditions Fayard, 1990  (ISBN 2-213-02598-3), p. 12


Ensuite, il a dit que nous étions adultes tous les deux, que nous adhérions aux mêmes croyances — c’est-à-dire une absence de croyances —, et que nous devions donc être capables d’envisager de sang-froid la mort qu’il souhaitait, maintenant, recevoir le plus vite possible. Il a répété : « Il est temps. Aide-moi. Je ne veux pas mourir étouffé ».
  • Leçons particulières, Françoise Giroud, éd. Éditions Fayard, 1990  (ISBN 2-213-02598-3), p. 12


Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l'expulser.
  • Gais-z-et-contents, Françoise Giroud, éd. Éditions du Seuil, 1997  (ISBN 2-020-31608-0), p. 217

[1]


Citations rapportéesModifier

Mme Françoise Giroud, […], disait alors que la femme serait « vraiment l'égale de l'homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente ».
  • En 1975, lors du vote de la première loi dite « antisexiste ».
  • « Le sexe, la morale et la reine Victoria », Ph. B., Le Monde, 11 mars 1983 (lire en ligne)


RéférencesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :