Henri Pichette

Henri Pichette, né à Châteauroux (Indre) en 1924 et mort à Paris en 2000, est un écrivain, poète et dramaturge français.

Les ÉpiphaniesModifier

Baste ! je sors de ma cage à nerfs. Je heurte les vantaux, glisse à tapecu sur les archets, crève les vitres. Poursuivi par le bonheur aux mille pattes je file à travers champs ; les torrents me stimulent ; les sous-bois rient aux larmes ; un ouragan me roule dans ses couvertures.
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 29


Je suis heureux. Je n'envie personne. Je suis terriblement fier de voir se lever le matin. Le jour a des manches d'illusionniste. Je voyage sur un tapis roulant. [...] La ville semble en état de grâce. Je demande l'impossible à la santé des contrastes.
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 39


Battez le linge, et les enfants trop sages ! Cassez arbres, meubles, membres, squelettes ! Marchez sur les dalles ! Claquez des talons ! Clouez les hiboux ! Tirez aux pigeons ! Brouillez les serrures ! Redressez les torts ! Tordez ! Coffrez ! Lynchez ! Spoliez ! Razziez ! Châtrez ! Saquez la perle ! Qui vive ? Toquez toujours ! Communiquez ! Réprimez les songes ! Ratissez la mer ! Récurez la marmite cervicale ! Plus fort ! plus fort ! plus fort ! C'est le déluge. Je suis un bûcheron naufragé sur son arbre. Voici mes papiers, mes états de service... Ha, incriminez le soleil ! Douanez les moribonds ! Allez-y de la danse macabre à tous les horizons ! Allez, cyclones, allez, tornades, tournez, tournez ! Je trinque, clic ! Tournez tournez, allez manèges ! tournez...
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 89


Néanmoins, la vie sera élucidée. Car à vingt ans tu optes pour l'enthousiasme, tu vois rouge, tu ardes, tu arques, tu astres, tu happes, tu hampes, tu décliques, tu éclates, tu ébouriffes, tu bats en neige, tu rues dans les brancards, tu manifestes, tu lampionnes, tu arpentes la lune, tu nois le lait bourru le vin nouveau l'alcool irradiant, tu déjeunes à la branche, tu pars à la découverte, tu visites l'air les champs les ruines les métropoles les stades et les musées les jungles [...]
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 105


À quarante ans je te retrouve rongeant ton frein, tu fondes sur la sympathie, il y a un cerne noir à toute chose, tu déshabilles du regard, tu convoites, tu prémédites, tu disposes tes chances, tu te profiles, tu places ton sourire tes phrases tes bouquets tes collets tes canapés, tu estimes, tu escomptes, tu comerces, tu carbures à prix d'argent, tu te pousses dans les milieux, tu médis du tiers et du quart ou fais du plat selon le rang, tu arroses, tu gobichonnes, tu prends du ventre, tu prends des mesures, tu prends médecine, tu te mets au vert, tu récupères, tu remets ça [...]
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 106


À soixante ans tu dates, tu radotes, tu perds la main l'ouïe les dents, le cœur te faut, les jambes te flageolent, tu tombes en faiblesse, encore un peu et tu retombes dans une enfance touchée à mort.
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 106


À soixante ans tu dates, tu radotes, tu perds la main l'ouïe les dents, le cœur te faut, les jambes te flageolent, tu tombes en faiblesse, encore un peu et tu retombes dans une enfance touchée à mort.
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 106


Oui ma vie ne fut qu'un cri étincelle éternelle !
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 145


Donc je suis équinoxial : Printemps solidaire d'Automne. Tout ensemble la joie d'or de l'oiseau des cerises et la griserie de la grive chanteuse, le levain dans la fleur de farine et la parole comestible ! - et les peuples déjeunent autour des fontaines et le jour et la nuit ont le même niveau.
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 151


C'est le sang stagiaire et le sang immortel en suspens et en espace et ainsi de suite irai-je nous pourchassant de terres à lunes, fantaisie sérieuse, et par ondes et par fluides plus loin encore, matière idéale, dédaigneux de toutes les ordalies, en liberté dans la lumière, jusqu'à la suprême pulsation du monde.
  • Les Épiphanies, Henri Pichette, éd. Gallimard, 1969, p. 153


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :