Liu Cixin

auteur chinois
Geek Bar Tor authors event - Cixin Liu (18397919319).jpg

Liu Cixin (1963- ) est un auteur chinois de science-fiction.

Le Problème à trois corps (2016)Modifier

Elle appartenait à cette catégorie de vieux intellectuels que Wang Miao avait parfois l'occasion de rencontrer dans son travail. Les vicissitudes du temps avaient effacé chez eux toute trace de rage et de rudesse. Il ne leur restait plus que la douceur de l'eau.
  • Le Problème à trois corps (2006), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2016  (ISBN 978-2-330-11355-1), chap. 8. Ye Wenjie, p. 138


Wang Miao – Professeur Ye, vous avez tort. Ce qui se passe en ce moment est quelque chose que personne n'avait jamais imaginé, un défi sans précédent lancé à nos théories. Yang Dong n'est pas la seule scientifique à avoir fait ce choix.
Ye Wenjie – Mais c'est la seule femme. Les femmes devraient être comme l'eau, couler encore et encore quelles [sic] que soit les remous de la vie !
  • Le Problème à trois corps (2006), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2016  (ISBN 978-2-330-11355-1), chap. 8. Ye Wenjie, p. 142-143


L'enquêteur : Alors, d'où vient votre espoir ? Comment pouvez-vous savoir qu'ils seront en mesure de réformer et d'améliorer la société humaine ?
Ye Wenjie : S'ils sont capables de traverser les étoiles pour venir jusqu'à notre monde, cela indique que leur science a déjà atteint un niveau très avancé. Une société avec un tel niveau scientifique doit avoir de hauts standards moraux.
L'enquêteur : Pensez-vous que cette conclusion est elle-même scientifique ?
Ye Menjie : (Silence.)

  • Le Problème à trois corps (2006), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2016  (ISBN 978-2-330-11355-1), chap. 31. Opération cithare, p. 434


La Forêt sombre (2017)Modifier

Chacune sentit la présence de l'autre, mais comme il en avait toujours été ainsi depuis des centaines de millions d'années, elle n'entrèrent pas en communication.
  • La Forêt sombre (2008), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2017  (ISBN 978-2-330-08231-4), chap. 1. An 3 de la grande crise. Flotte trisolarienne à 4,21 années-lumière du système solaire, p. 8


Ces silences entre père et fils transmettaient plus d'informations que les mots. Depuis son plus jeune âge, son père l'avait éduqué par le silence et non le langage, les mots n'étaient entre eux que des ponctuations entre chaque silence, et c'étaient les silences de son père qui avaient fait de Zhang Beihai l'homme qu'il était aujourd'hui.
  • La Forêt sombre (2008), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2017  (ISBN 978-2-330-08231-4), chap. 1. An 3 de la grande crise. Flotte trisolarienne à 4,21 années-lumière du système solaire, p. 75


Le psychologue — Bien sûr, l'objet de l'amour de la plupart des gens n'existe que dans leur imagination. Ce que l'on aime, ce n'est pas l'homme ou la femme de la réalité, mais celui ou celle qui naît dans notre imaginaire. Les amants réels ne sont que des modèles permettant de créer ceux que l'on rêve. Tôt ou tard, on finit par se rendre compte du fossé qui existe entre l'amour rêvé et son modèle. Quand on parvient à s'habituer à cette différence, on peut continuer à être ensemble, mais quand on échoue, on se sépare. C'est aussi simple que cela.
  • La Forêt sombre (2008), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2017  (ISBN 978-2-330-08231-4), chap. 1. An 3 de la grande crise. Flotte trisolarienne à 4,21 années-lumière du système solaire, p. 112-113


Les progrès effectués n'étaient que technologiques, les sciences physiques étaient pour leur part toujours aussi figées qu'un étang d'eau stagnante, tandis que le réservoir de théories était presque épuisé. Le progrès technologique commencerait par ralentir puis serait bientôt à l'arrêt total. Mais, pour l'heure, on ignorait encore quand l'humanité toucherait sa limite de développement.
  • La Forêt sombre (2008), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2017  (ISBN 978-2-330-08231-4), chap. 4. Ans 20 de la grande crise. Flotte trisolarienne à 4,15 années-lumière du système solaire, p. 327


De cette scène naquit un étrange contraste : le bras mécanique était de toute évidence conçu pour une utilisation fonctionnelle et son cadre métallique robuste et sa structure hydraulique révélaient une nature technologique complexe et un sens industriel grossier ; par comparaison, la gouttelette avait une forme parfaite : celle d'une goutte solide, lisse et étincelante dont le raffinement dissipait tout contenu technologique ou fonctionnel. Elle témoignait d'une grâce et d'un anticonformisme relevant de l'art et de la philosophie. En saisissant la gouttelette avec ses griffes d'acier, le bras mécanique était comme la main poilue d'un homme préhistorique s'emparant d'une perle.
  • La Forêt sombre (2008), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2017  (ISBN 978-2-330-08231-4), p. 518-519


Ding Yi – Je te détruis, est-ce que cela te regarde ?
  • La Forêt sombre (2008), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2017  (ISBN 978-2-330-08231-4), p. 531


La Mort immortelle (2018)Modifier

Contrairement à son père Manuel II et à son grand frère Jean VIII, Constantin était un pragmatique : il savait que ceux qui ne s'en remettaient qu'aux miracles finissaient généralement par mourir sans sépulture.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 19


Quelques minutes plus tard, ce fut une planète de couleur ocre qui s'afficha sur l'écran, accompagnée d'un message indiquant que la simulation était terminée. [...]
– Où est-ce ? demanda Yang Dong, perplexe.
– C'est la Terre ! Sans vie, voilà à quoi ressemblerait notre surface, depuis l'aube de son évolution jusqu'à aujourd'hui.
– Mais... et les océans ?
– Il n'y a pas d'océans, ni de rivières, tout est sec.
– Vous voulez dire que sans vie, il n'y aurait plus d'eau à l'état liquide sur Terre ?
– La réalité serait peut-être plus effrayante encore. Cela n'est bien sûr qu'une simulation triviale mais elle vous permet au moins de mesurer l'influence de la vie sur l'état de la Terre aujourd'hui.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 36-37


Si en ce temps-là, un individu s'était inquiété des événements qui auraient lieu quatre siècles plus tard, ses contemporains se seraient sûrement moqués de lui : il était aussi ridicule de se préoccuper du sort de ses descendants que de celui de ses ancêtres.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 39-40


Cheng Xin avait toujours préféré les garçons de type solaire, dont l'assurance resplendissante réchauffait le coeur des filles, et dont Yun Tianming était la parfaite antithèse.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 120


Cheng Xin ne tarda pas à comprendre : cette tendance avait déjà commencé il y a bien longtemps. Les années 1980 avaient peut-être marqué le dernier apogée de la virilité comme standard masculin. Si les hommes n'avaient pas disparu, à partir de cette époque, la société et la mode s'étaient mises à mettre en avant ceux qui manifestaient des aptitudes et des comportements habituellement attribués aux femmes.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 159


En réalité, personne n'était vraiment convaincu par cette interprétation, mais les histoires de Yun Tianming avaient acquis un statut semblable à celui de la Bible. Consciemment ou non, on n'y cherchait plus des réponses à des problématiques stratégiques réelles, mais un réconfort face au réel.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 483


Bien se dissimuler et bien assainir.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 630


Pour toutes les entités de faible entropie, la peur était la meilleure garantie de la survie.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 631


La faiblesse et l'ignorance ne sont pas des obstacles à la survie, mais l'arrogance, si.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 662


Dans l'Univers, les sillages de propulsion par courbure pouvaient donc à la fois marquer le danger ou la sécurité. Si les sillages apparaissaient à proximité d'un monde, celui-ci apparaissait menaçant ; s'il enveloppaient le monde, il apparaissait inoffensif. C'était une corde de potence : dans une main, elle était annonciatrice de danger ; autour d'un cou, elle était un gage de sûreté.
  • La Mort immortelle (2010), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2018  (ISBN 978-2-330-11384-1), p. 723


Terre errante (2020)Modifier

C'est au moment du départ que mon grand-père est mort. Les brûlures sur son corps avaient fini par s'infecter. Dans ses derniers instants, il répétait inlassablement cette phrase :
Terre, Ô ma Terre errante...
  • Terre errante (2000), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2020  (ISBN 978-2-330-13053-4), p. 26


À cette époque, l'accent était surtout mis sur les matières techniques et scientifiques. La philosophie et les arts étaient laissés de côté, car personne n'était d'humeur à s'y intéresser. L'humanité était trop occupée pour avoir du temps à consacrer à ces distractions. Tous les hommes croulaient sous le travail. Phénomène intéressant, les religions avaient disparu du jour au lendemain. Les gens réalisaient enfin que même si Dieu existait réellement, c'était un salaud.
  • Terre errante (2000), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2020  (ISBN 978-2-330-13053-4), p. 29-30


Kayoko s'est approchée lentement. Elle a récupéré un pistolet-mitrailleur auprès d'un des hommes qui distribuaient les armes et a rejoint les rangs des rebelles. Sans même tourner la tête, elle a disparu avec la foule dans le brouillard de la ville. Je suis resté interdit. La main dans la poche, je serrais la médaille que mon père avait reçue en échange de sa loyauté et de sa vie, si fort que les pointes m'ont entaillé le bout des doigts. [...] Quant à moi, j'ai rejoint les troupes de la Coalition, non pas tant en raison d'une foi particulière dans la sincérité du gouvernement, mais parce que mes ancêtres sur trois générations avaient tous servi dans l'armée, et ils avaient semé en moi les graines de la loyauté.
  • Terre errante (2000), Liu Cixin (trad. Gwennaël Gaffric), éd. Actes Sud, 2020  (ISBN 978-2-330-13053-4), p. 67-68


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :