Lucie Aubrac

résistante française

Lucie Aubrac (Lucie Samuel, née Bernard) née le 29 juin 1912 à Paris de parents originaires de Saône-et-Loire, morte le 14 mars 2007 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), est une résistante française à l'Occupation allemande et au régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle est l'épouse de Raymond Aubrac.

CitationsModifier

J'ai adhéré aux Jeunesses en 1932. Mes contacts avec les quakers m'avaient donné de premières idées pacifistes. Les difficultés matérielles que j'ai connues m'ont fait adapter mon pacifisme à des idées plus combatives et j'ai adhéré aux JC sans savoir rien de plus sur le PC que son côté alors antimilitariste.
  • Au sujet de son adhésion aux Jeunesses communistes.
  • Lucie Aubrac, Laurent Douzou, éd. Perrin, 2009, p. 54-74


Que le PC accepte de voir partir le contingent en Algérie et l'envie de ne pas condamner le PC nous a incités à nous expatrier [...]. Vivre au Maroc était une manière de marquer ma solidarité avec les peuples colonisés par la France, tout en prenant mes distances par rapport à cette guerre dans laquelle je ne savais comment intervenir.
  • entretiens avec Corinne Bouchoux, Lucie Aubrac, éd. Éditions de l'Archipel, 1997, p. 172-175


Citations à propos de Lucie AubracModifier

À Lyon, j'avais rencontré Raymond Aubrac et Lucie, sa femme. Lui, ingénieur des Travaux publics, calme, d'un humour distant, libéral au sens que le siècle des Lumières a donné à ce terme. Elle, pétillante de vie et d'autorité, continuait de mener une existence légale comme professeur d'histoire...
  • L'Esprit de la Résistance, Serge Ravanel, éd. Seuil, coll. « L'histoire immédiate », 1995, p. 77


Notre union fut — et est toujours restée — heureuse et fondée sur une profonde connivence : il n'est pas de décision qui n'ait été prise en commun.
  • Où la mémoire s'attarde (1996), Raymond Aubrac, éd. Odile Jacob, 2000, p. 454-456


[…] Le mari formait l'élément pondérateur. Lucie Aubrac est une intellectuelle, peu pondérée, n'ayant pas d'esprit d'organisation, confuse et bouillonnante, douée d'un dynamisme excessif. Elle est d'un courage étonnant et donna un travail considérable. Bien qu'ayant un jeune bébé, elle travaillait la nuit, allait coller des tracts et papillons en ville, etc.
  • Jacques Brunschwig à propos des débuts de Lucie Aubrac dans la Résistance.
  • Lucie Aubrac, Laurent Douzou, éd. Perrin, 2009, p. 110-122


Liens externesModifier

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :