Mona Chollet

écrivaine suisse

Mona Chollet, née en 1973, est une femme de lettres, journaliste et féministe française.

Mona Chollet.jpg

Sorcières, 2018Modifier

La sorcière incarne la femme affranchie de toutes les dominations, de toutes les limitations : elle est un idéal vers lequel tendre, elle montre la voie.
  • Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. éditions Zones, 2018  (ISBN 978-2-3552-2122-4), p. 11


À vrai dire, c'est précisément parce que les chasses aux sorcières nous parlent de notre monde que nous avons d'excellentes raisons de ne pas les regarder en face. S'y risquer, c'est se confronter au visage le plus désespérant de l'humanité.
  • Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. éditions Zones, 2018  (ISBN 978-2-3552-2122-4), p. 14


Aujourd’hui, l’indépendance des femmes, même quand elle est possible juridiquement et matériellement, continue de susciter un scepticisme général. Leur lien avec un homme et des enfants, vécu sur le mode du don de soi, reste considéré comme le cœur de leur identité. La façon dont les filles sont élevées et socialisées leur apprend à redouter la solitude et laisse leurs facultés d'autonomie largement en friche. Derrière la fameuse figure de la « célibataire à chat », laissée-pour-compte censée être un objet de pitié et de dérision, on distingue l'ombre de la redoutable sorcière d'autrefois, flanquée de son « familier » diabolique.
  • Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. éditions Zones, 2018  (ISBN 978-2-3552-2122-4), p. 35


L’idée que les femmes sont des individus souverains, et non de simples appendices, des attelages en attente d’un cheval de trait, peine à se frayer un chemin dans les esprits – et pas seulement chez les politiciens conservateurs.
  • Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. éditions Zones, 2018  (ISBN 978-2-3552-2122-4), p. 47


... la connaissance de soi n'est pas un "égoïsme", un repli sur soi, mais une voie royale vers les autres.
  • Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. éditions Zones, 2018  (ISBN 978-2-3552-2122-4), p. 56


Celles qui refusent la maternité sont aussi confrontées au préjugé selon lequel elles détestent les enfants, telles les sorcières dévorant à belles dents de petits corps rôtis durant le sabbat ou jetant un sort mortel au fils du voisin.
  • Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. éditions Zones, 2018  (ISBN 978-2-3552-2122-4), p. 110


Il reste que, face aux femmes volontairement sans descendance, on brandit toujours cette menace : « Un jour, tu le regretteras ! » Cela traduit un raisonnement très étrange. Peut-on se forcer à faire quelque chose qu'on n'a aucune envie de faire uniquement pour prévenir un hypothétique regret situé dans un avenir lointain ? Cet argument ramène les personnes concernées précisément à la logique que nombre d'entre elles cherchent à fuir, cette logique de prévoyance à laquelle incite la présence d'un enfant et qui peut dévorer le présent dans l'espoir d'assurer l'avenir : prendre un crédit, se tuer au travail, se soucier du patrimoine qu'on lui léguera, de la façon dont on paiera ses études…
  • Sorcières : La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. éditions Zones, 2018  (ISBN 978-2-3552-2122-4), p. 120-121


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :