Mouche

ordre d'insectes

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Anthomyiidae sp. 1 (aka).jpg

LittératureModifier

Écrits intimesModifier

Paul Klee, Journal, 1957Modifier

Les grands animaux sont endeuillés à table et ne sont point rassasiés. Mais les mouches rusées grimpent sur les montagnes de pain et habitent la cité de beurre.


Prose poétiqueModifier

Octavio Paz, Liberté sur parole, 1958Modifier

Plaine

Après... il n'y a pas d'après. J'avance, je fends de grandes roches d'années, masses de lumière compacte, je descends des galeries de mines de sable, je perce des couloirs qui se referment comme des lèvres de granit. Et je retourne à la plaine, la plaine où il est toujours midi, où un soleil identique tombe fixement sur un paysage figé. Et n'en finissent pas de tomber les douze heures, ni de bourdonner les mouches ni de s'étoiler en éclats cette minute qui ne passe pas, qui seulement brûle et ne passe pas.
  • Liberté sur parole (1958), Octavio Paz (trad. Jean-Clarence Lambert), éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1966  (ISBN 2-07-031789-7), partie II. AIGLE OU SOLEIL ? (1949-1950), Aigle ou Soleil ? — Plaine, p. 88


PhilosophieModifier

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, 1885Modifier

Où cesse la solitude commence le marché ; et où commence le marché, commence aussi le vacarme des grands comédiens et le bourdonnement des mouches venimeuses.
  • Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietzsche (trad. Georges-Arthur Goldschmidt), éd. Le Livre de Poche, coll. « Les Classiques de Poche », 1972  (ISBN 978-2-253-00675-6), partie I, chap. « Des mouches du marché », p. 69


Salvador Dalí, Journal d’un génie adolescent, 1964Modifier

J’ai horreur des mouches sales. Je n’aime que les mouches proprissimes/très propres.
  • Journal d’un génie adolescent, Salvador Dalí, éd. La Table ronde, 1964, p. 180