Omar Khayyam

poète et scientifique persan

Ghiyath ed-din Abdoul Fath Omar Ibn Ibrahim al-Khayyām Nishabouri, plus connu sous le nom d'Omar Khayyām (persan : غياث الدين ابو الفتح عمر بن ابراهيم خيام نيشابوري [ḡīyāṯ ad-dīn abū al-fatḥ ʿumar ben ibrāhīm ḫayām nīšābūrī]) ou de Khayyām (du persan: خيام [ḫayām], en arabe : خَيَّميّ [ḫayyamī] : fabricant de tentes), probablement né en 1048, à Nichapur en Perse (actuel Iran), et mort en 1131, était un mathématicien, astronome, poète et philosophe persan.

Earth Could Not Answer

Rubayat, xiie siècleModifier

J'ai lancé contre une pierre un bol cette nuit ;
L'acte brutal, j'étais ivre quand je l'ai commis ;
Le bol m'a dit en son langage de bol :
« J'ai été ce que tu es ! tu seras toi aussi ce que je suis ! »


Pour parler selon le vrai, pas de métaphores,
Nous sommes les pièces d'un jeu, le Ciel est le joueur ;
Nous jouons un petit jeu sur l'échiquier de l'existence ;
Puis, un par un, nous rentrons dans la boîte de la non-existence.


Avant-hier, je passais près d'un potier habile
dont les doigts modelaient, malléable, l'argile.
Étais-je le seul à voir que c'étaient nos aïeux
dont la poussière allait de main en main agile ?


Les roses et le pré réjouissent la terre.
Profite de l'instant : le temps n'est que poussière.
Bois du vin et cueille des roses, échanson,
car déjà, sous tes yeux, roses et pré s'altèrent.


Hier au soir, j'étais ivre et j'ai jeté mon bol
par terre : il s'est brisé aussitôt sur le sol.
Et c'était comme si montait une prière :
« J'étais un homme, et tu redeviendras poussière. »


À qui donc puis-je révéler le grand mystère
de la nature humaine et de notre destin ?
L'homme est né façonné d'argile et de chagrin
puis fait quelques pas et quitte cette terre.


Regarde le potier qui façonne la glaise.
Pourquoi est-il brutal ? A-t-il raison ou tort ?
Irait-il triturer cette argile à son aise,
s'il pensait que c'est la poussière de ses morts ?


Nous sommes des jouets entre les mains du Ciel
qui nous déplace comme Il veut : c'est notre maître.
Au jeu d'échec, nous sommes des pions éternels
qui tombent un-à-un tout au fond du non-être.


Quand nos deux corps perdront mon âme avec la tienne,
les os des morts seront ma tombe avec la tienne.
Et plus tard, des maçons, pour bâtir un tombeau,
viendront déterrer ma poussière avec la tienne.


Venus purs du néant, nous en partons impurs.
Venus heureux, nous repartons pleins de misère.
L'eau des pleurs dans les yeux, au cœur un feu obscur,
nous rendons l'âme à l'air et mourrons dans la terre.


Citations rapportéesModifier

Ceux qui par la science vont au plus haut du monde
Qui par l'intelligence, scrutent le fond des cieux
Ceux-là, pareils aussi à la coupe du ciel
La tête renversée, vivent dans leur vertige.


Je ne me suis jamais privé de donner mon temps aux sciences
Par la science j'ai dénoué les quelques nœuds d'obscurs secrets
Après soixante-douze années de réflexion sans jour de trêve
Mon ignorance, je la sais...


Pour parler clairement et sans paraboles,
Nous sommes les pièces d'un jeu que joue le Ciel.
On s'amuse avec nous sur l'échiquier de l'Être,
Puis nous retournons un par un dans la boîte du Néant.

  • Guy Debord, Œuvres, Guy Debord, éd. Gallimard, coll. « Quarto », 2014  (ISBN 978-2-07-077374-9), partie In girum imus nocte et consumimur igni, édition critique, p. 1776


 
Rubaiyat de Omar Khayyam

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :