Os

tissu conjonctif solidifié

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Paleopathology; Human femurs from Roman period, Tell Fara Wellcome L0008764.jpg

LittératureModifier

NouvelleModifier

Renée Vivien, La Dame à la Louve, 1904Modifier

La Dame à la Louve

D’un geste hébété je tâtai mon front, où je sentais, affreusement saillants, les os du crâne. Le squelette en moi m’épouvantait.
  • La Dame à la Louve, Renée Vivien, éd. Alphonse Lemaire, 1904, La Dame à la louve, p. 16


Charles Bukowski, Journal d'un vieux dégueulasse, 1969Modifier

quand les hommes contrôleront les gouvernements, ils n'auront plus besoin d'être gouvernés, mais, jusque-là, ils l'auront dans l'os.


Prose poétiqueModifier

André Breton, Poisson soluble, 1924Modifier

Campagne d'os blancs et rouges, qu'as-tu fait de tes arbres immondes, de ta candeur arborescente, de ta fidélité qui était une bourse aux perles serrées, avec des fleurs, des inscriptions comme ci comme ça, des significations à tout prendre ?


Octavio Paz, Liberté sur parole, 1958Modifier

Travaux du poète

La nuée enceinte de mots vient, docile et ténébreuse, survoler ma tête, se balance et mugit comme une bête blessée. Je plonge la main dans ce sac de brume et j'en retire ce que j'y trouve : des esquilles de corne, un éclair rouillé, un os gratté. A l'aide de ces armes, je me défends, je bâtonne les visiteurs, je coupe des oreilles, je combats à bras-le-corps, durant de longues heures de silence à la belle étoile.
  • Liberté sur parole (1958), Octavio Paz (trad. Jean-Clarence Lambert), éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1966  (ISBN 2-07-031789-7), partie II. AIGLE OU SOLEIL ? (1949-1950), Travaux du poète — I, p. 46