Pierre Bourdieu

sociologue et philosophe français

Pierre Bourdieu est un sociologue français, né à Denguin le 1er août 1930 et mort à Paris le 23 janvier 2002. Il est devenu, à la fin de sa vie, par son engagement public, un des acteurs principaux de la vie intellectuelle française. Sa pensée a exercé une importante influence dans le champ intellectuel, en particulier sur la sociologie française d'après guerre.

Ce que parler veut dire : L'économie des échanges linguistiques, 1982Modifier

[…] les euphémismes du discours orthodoxe (« les gens simples », les « classes modestes ») désignent bien la propriété essentielle, la soumission à l’ordre établi.
  • Ce que parler veut dire : l'économie des échanges linguistiques, Pierre Bourdieu, éd. Fayard, 1982  (ISBN 978-2213012162), p. 156


Questions de sociologie, 1984Modifier

La science consiste à faire ce qu'on fait en sachant et en disant que c'est tout ce qu'on peut faire, en énonçant les limites de la validité de ce qu'on fait.
  • Questions de sociologie, Pierre Bourdieu, éd. Les Éditions de Minuit, 1984  (ISBN 2-7073-0325-9), chap. Le sociologue en question, p. 54


Raisons pratiquesModifier

Les économistes sont intéressants parce qu'ils ont un génie de la variation imaginaire, au sens husserlien du terme, et qu'ils construisent des modèles formels qu'ils font tourner à vide, fournissant ainsi des instruments formidables pour briser les évidences et obliger à mettre en question des choses qu'on accepte tacitement, même quand on se croit très paradoxal.

  • Pierre Bourdieu, 1994, dans « L'Économie des biens symboliques » dans Raisons pratiques, 1994, éditions du Seuil, p. 195.


Sur la télévision, 1996Modifier

La télévision a une sorte de monopole de fait sur la formation des cerveaux d'une partie très importante de la population.
  • Sur la télévision, Pierre Bourdieu, éd. Raisons d'agir, 1996  (ISBN 2-912107-00-8), chap. 1 (Le plateau et ses coulisses), Une censure invisible, p. 17


Télévision et informationModifier

Puisque les savants sont censés produire de la vérité sur le monde [… il leur faut] restituer les acquis de la science dans les domaines où ces acquis pourraient contribuer de manière positive à résoudre des problèmes qui ont accédé à la conscience publique. Mais la fonction la plus utile, en plus d'un cas, serait de dissoudre les faux problèmes ou les problèmes mal posés. [… À la télévision,] les faux philosophes [… prennent ] au sérieux les faux problèmes [scientifiques proposés dans l'émission]. [… ⇒] il faudrait des commandos d'intervention philosophique rapide pour détruire les faux problèmes [scientifiques], pour faire du Wittgenstein dans la vie de tous les jours et spécialement dans les médias
  • Les Usages sociaux de la science. Pour une sociologie du champ scientifique, Pierre Bourdieu, éd. QUAE Inra Éditions, 1997  (ISBN 9782738007933), chap. Discussion, p. 71

.

Face à la TV, il faudrait une sorte de mouvement de résistance civique […] contre l'imposition généralisée de problématiques [aller voir directement les qualificatifs évoqués !]
  • Les Usages sociaux de la science. Pour une sociologie du champ scientifique, Pierre Bourdieu, éd. QUAE Inra Éditions, 1997  (ISBN 9782738007933), chap. Discussion, p. 76

.

Sur l'affaire du voile islamique de Creil, 1989Modifier

En projetant sur cet événement mineur, d’ailleurs aussitôt oublié, le voile des grands principes, liberté, laïcité, libération de la femme, etc., les éternels prétendants au titre de maître à penser ont livré, comme dans un test projectif, leurs prises de position inavouées sur le problème de l’immigration : du fait que la question patente – faut-il ou non accepter à l’école le port du voile dit islamique ? – occulte la question latente – faut-il ou non accepter en France les immigrés d’origine nord-africaine ? –, ils peuvent donner à cette dernière une réponse autrement inavouable.


Contre feux n°2, 2001Modifier

L’histoire sociale enseigne qu’il n’y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l’imposer.
  • Contre feux n°2, Pierre Bourdieu, éd. Raisons d'agir, 2001  (ISBN 2-912107-13-X), chap. Pour un mouvement social européen, p. 16


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :