Pierre Vidal-Naquet

historien français

Pierre Vidal-Naquet (1930-2006) est un historien français spécialiste de l’histoire de la Grèce ancienne.

La Démocratie grecque vue d’ailleurs, 1990Modifier

Tout discours historique voit ce dont il parle d’ailleurs.
  • La Démocratie grecque vue d’ailleurs, Pierre Vidal-Naquet, éd. Flammarion, 1990  (ISBN 2-08-211803-7), p. 12


EntretiensModifier

Sur la politiqueModifier

Je ne suis certainement pas un homme de parti politique. Dans un parti, on pratique le conditionnel dès que quelque chose ne s’inscrit pas dans sa logique ; on témoigne d’une sorte de méfiance devant la vérité de l’indicatif.
  • Entretien paru dans la revue Vacarme n°17 à l'automne 2001.
  • « La vérité de l'indicatif. Entretien avec Pierre Vidal-Naquet », Propos recueillis par Philippe Mangeot & Isabelle Saint-Saëns, Site Pierre Vidal-Naquet.net, automne 2001 (lire en ligne)


J’ai bien été tenté, en 1948-1949, de rejoindre le Parti communiste — à l’époque, c’était le seul parti auquel on pouvait songer à adhérer. J’ai dit à mon ami Charles Malamoud : « Ce sera pour faire de l’opposition à Staline. » Il me l’a déconseillé, en me prédisant que cela se passerait mal. Quoi qu’il en soit, cette hypothèse devient pour moi inenvisageable, dès les procès de Rajk et de Slansky.
  • Entretien paru dans la revue Vacarme n°17 à l'automne 2001.
  • « La vérité de l'indicatif. Entretien avec Pierre Vidal-Naquet », Propos recueillis par Philippe Mangeot & Isabelle Saint-Saëns, Site Pierre Vidal-Naquet.net, automne 2001 (lire en ligne)


Sur la guerre d'Algérie et la tortureModifier

Pendant les années algériennes, mon but principal n’était pas de révéler les tortures — en un sens, tout le monde les connaissait ; c’était de dire la responsabilité de l’État au plus haut niveau. On dit souvent que je suis un vieux dreyfusard, et que cela ne sert plus à rien. Mais cela sert quand même. Je suis en train de lire les écrits de Jaurès, que Madeleine Rebérioux vient de republier [4]. Jaurès insiste tout particulièrement sur le danger de l’état-major, qu’il présente comme une machine à faire des faux. Or l’armée française est sur ce point d’une extraordinaire constance.
  • Entretien paru dans la revue Vacarme n°17 à l'automne 2001.
  • « La vérité de l'indicatif. Entretien avec Pierre Vidal-Naquet », Propos recueillis par Philippe Mangeot & Isabelle Saint-Saëns, Site Pierre Vidal-Naquet.net, automne 2001 (lire en ligne)


Ce qui m'a frappé, ce qui m'a bouleversé dans la guerre d'Algérie c'est que les faits de torture n'étaient pas des faits individuels, il ne s'agissait pas d'accidents, il s’agissait d'un système dans lequel l'état tout entier, notre état, s'était trouvé engagé jusqu'à aboutir à une dégradation, dont nous subissons encore aujourd'hui les conséquences.
  • Notre temps - Entretiens avec Pierre Vidal-Naquet sur la torture au micro d'Anouk Adelmann diffusés la 1ère fois les 3, 4 et 5 avril 1972 sur France Culture. Entretien rediffusé dans Les Nuits de France Culture le 14 octobre 2018.
  • Pierre Vidal-Naquet, Les Nuits de France Culture. Pierre Vidal-Naquet : "Dans la guerre d'Algérie la torture n'était pas un accident, il s’agissait d'un système dans lequel l'état tout entier s'était trouvé engagé"., Anouk Adelmann, France Culture, 14 octobre 2018


C'est un fait qui est généralement peu connu, on s'imagine que la torture a été une riposte au terrorisme, rien n'est plus inexact et on pourrait soutenir tout aussi bien le contraire : à savoir que le terrorisme est une riposte à la torture.
  • Notre temps - Entretiens avec Pierre Vidal-Naquet sur la torture au micro d'Anouk Adelmann diffusés la 1ère fois les 3, 4 et 5 avril 1972 sur France Culture. Entretien rediffusé dans Les Nuits de France Culture le 14 octobre 2018.
  • Pierre Vidal-Naquet, Les Nuits de France Culture. Pierre Vidal-Naquet : "Dans la guerre d'Algérie la torture n'était pas un accident, il s’agissait d'un système dans lequel l'état tout entier s'était trouvé engagé"., Anouk Adelmann, France Culture, 14 octobre 2018


Il y avait l'existence d'une communauté européenne minoritaire sur le plan des chiffres mais majoritaire sur le plan des ressources [...] depuis bien des années cette communauté considérait les 'autres', c'est à dire les algériens musulmans, comme non existants. C'est dans la mesure où ils se mettaient brusquement à exister qu'on les torturait. Ils étaient des ombres : dans la mesure où ils voulaient devenir des hommes c'est à ce moment-là qu'intervenait la torture.
  • Notre temps - Entretiens avec Pierre Vidal-Naquet sur la torture au micro d'Anouk Adelmann diffusés la 1ère fois les 3, 4 et 5 avril 1972 sur France Culture. Entretien rediffusé dans Les Nuits de France Culture le 14 octobre 2018.
  • Pierre Vidal-Naquet, Les Nuits de France Culture. Pierre Vidal-Naquet : "Dans la guerre d'Algérie la torture n'était pas un accident, il s’agissait d'un système dans lequel l'état tout entier s'était trouvé engagé"., Anouk Adelmann, France Culture, 14 octobre 2018


L'affaire Audin est doublement exemplaire et symptomatique : d'abord en ceci qu'on pouvait constater qu'un homme, citoyen français pouvait disparaître du jour au lendemain, sans qu'on donne d'autres explications que des explications absurdes. [...] Maurice Audin était un universitaire, un communiste et un français, c'est parce qu'il était un universitaire, communiste et français que l'émotion a été vive dans une partie de l'opinion publique. Autrement dit, nous avons dû alors, pour mener la campagne contre la torture, prendre appui sur un cas qui n’était pas typique car des 'Audin' il y en avait beaucoup d'autres [...] 3024 affaires similaires ont été comptabilisées entre janvier et septembre 1957, dont la majorité était composée de musulmans.
  • Au sujet de l'assassinat de Maurice Audin en 1957. Notre temps - Entretiens avec Pierre Vidal-Naquet sur la torture au micro d'Anouk Adelmann diffusés la 1ère fois les 3, 4 et 5 avril 1972 sur France Culture. Entretien rediffusé dans Les Nuits de France Culture le 14 octobre 2018.
  • Pierre Vidal-Naquet, Les Nuits de France Culture. Pierre Vidal-Naquet : "Dans la guerre d'Algérie la torture n'était pas un accident, il s’agissait d'un système dans lequel l'état tout entier s'était trouvé engagé"., Anouk Adelmann, France Culture, 14 octobre 2018


Sur son travail d'historien en généralModifier

Vacarme : Dans toutes les dimensions de votre travail, on trouve une réflexion sur la fabulation. Mais elle n’a pas toujours la même valeur. Elle peut être ce qui recouvre le réel et fait obstacle à son appréhension (les « vérités officielles ») ; mais elle peut être aussi ce qui permet d’y accéder (la tragédie athénienne) ; ou encore ce qui permet d’agir sur le réel (vous êtes très attentif à la dimension pragmatique de la fiction, à son efficacité symbolique). Comment articuler ces trois dimensions ?
Pierre Vidal-Naquet : Toute mon œuvre d’historien de l’Antiquité consiste en effet à étudier l’imaginaire comme fraction du réel, et ce depuis mon premier livre, Clisthène l’Athénien, où j’interrogeais avec Pierre Lévêque des abstractions comme l’espace et le temps, jusqu’à mon travail sur l’homme tragique : il est évident qu’on ne peut pas traiter l’Œdipe-Roi de Sophocle comme s’il s’agissait d’un compte-rendu de l’assemblée d’Athènes.
En un sens, il y a une sorte de décalage entre mon activité d’historien contemporain, qui est consacrée à démonter les faux, et mon activité d’historien de l’Antiquité, qui est presque entièrement consacrée à reconstituer les fabulations. Ce qui fait le lien entre les deux c’est la fabulation : d’un côté je la traite dans ses rapports avec la vérité, de l’autre je l’étudie dans sa structure propre. C’est peut-être artificiel, mais je ne le crois pas.

  • Entretien paru dans la revue Vacarme n°17 à l'automne 2001.
  • « La vérité de l'indicatif. Entretien avec Pierre Vidal-Naquet », Propos recueillis par Philippe Mangeot & Isabelle Saint-Saëns, Site Pierre Vidal-Naquet.net, automne 2001 (lire en ligne)


Sur le négationnismeModifier

Pour discuter avec quelqu’un, il faut avoir un terrain commun […] De même que je ne discute pas avec quelqu’un qui affirme que la lune est faite de fromage de roquefort. Si quelqu’un dit cela, je lui reconnais la liberté de le dire mais je ne peux pas accepter de discuter avec lui. Tout ce que demandent les négationnistes, c’est que cette discussion s’ouvre, or il n’est pas question que cette discussion s’ouvre, il n’en sera jamais question parce que ce serait reconnaître qu’ils constituent une école historique alors qu’ils constituent un groupe de faussaires.
  • Pierre Vidal-Naquet et autres auteurs, Le négationnisme. Entretiens sous la direction de Jean-Marc Turine diffusés sur France Culture, 1948-2000 (2 CD audio), Jean-Marc Turine, Frémeaux & Associés, 2001


Il y a d’une part le bon vieil antisémitisme. Le négationnisme est la forme moderne et contemporaine de l’antisémitisme. Il y a eu massivement un soutien de l’extrême droite. L’hebdomadaire Rivarol, des nostalgiques de Vichy et du nazisme. Mais il y a eu aussi et c’est spécifique de la France, une alliance contre nature entre une certaine extrême droite, celle qu’incarnaient M. Le Pen et l’hebdomadaire Rivarol et une certaine ultra gauche, celle que symbolise M. Pierre Guillaume.
  • Pierre Vidal-Naquet et autres auteurs, Le négationnisme. Entretiens sous la direction de Jean-Marc Turine diffusés sur France Culture, 1948-2000 (2 CD audio), Jean-Marc Turine, Frémeaux & Associés, 2001


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :