Si Mohand Ou Mhand

Si Mohand Ou Mhand est un poète algérien d'expression kabyle. Il est né entre 1840 et 1845 à Icheraïouen, l'un des villages composant l’agglomération de Tizi-Rached (dans la confédération des Aït-Iraten) en Grande-Kabylie, il est mort en 1905 à l'hôpital des Sœurs blanches, près de Michelet (actuel Aïn- El-Hammam) ; il est enterré au cimetière de Tikorabin, appelé Asqif n ṭṭ mana (littéralement « le portique de la sauvegarde »), dans le coin réservé aux étrangers.

Citations rapportéesModifier

Je le jure de Tizi-Ouzou
Jusqu’à l’Akfadou
Nul d’eux ne me commandera

Plutôt rompre que plier
Plutôt être maudit
Dans un pays où les chefs sont des entremetteurs

L’exil m’est prédestiné
Par Dieu j’aime mieux l’exil
Que la loi des pourceaux.

  • D'une langue à l'autre: essai sur la traduction littéraire, Magdalena Nowotna (trad. Mouloud Mammeri), éd. Aux Lieux d'être, 2005, p. 91