Solitaire

qui est seul ou éloigné du monde

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Citations à « suivre » et éventuellement tranférer sur solitude (celles qui seront conservées)Modifier

Paul Klee, Journal, 1957Modifier

Adieu, vie que je mène présentement. Tu ne saurais durer telle qu'elle. Noble tu fus. Pur esprit. Paisible et solitaire. Adieu honneur, dès le premier pas fait en public.
  • Journal (1957), Paul Klee, éd. Grasset, coll. « Les Cahiers Rouges », 1959  (ISBN 978-2-246-27913-6), Journal III, p. 215


Prose poétiqueModifier

Robert Desnos, La liberté ou l'amour !, 1927Modifier

Corsaire Sanglot n’eut pas besoin de suivre son chemin pour que les allées de cyprès du songe solitaire connussent les semelles de son imagination.


RomanModifier

Jean-Jacques Rousseau, Julie ou La nouvelle Héloïse, 1761Modifier

Il faut que les écrits fait pour les solitaires parlent la langue des solitaires : pour les instruire, il faut qu'ils leur plaisent, qu'ils les intéressent ; il faut qu'ils les attachent à leur état en le leur rendant agréable. Ils doivent combattre et détruire les maximes des grandes sociétés, ils doivent les montrer fausses et méprisables, c'est-à-dire telles qu'elles sont. A tous ces titres, un roman s'il est bien fait, au moins s'il est utile, doit être sifflé, haï, décrié par les gens à la mode, comme un livre plat, extravagant, ridicule ; et voilà, monsieur, comment la folie du monde est sagesse.
  • Julie ou La nouvelle Héloïse (1761), Jean-Jacques Rousseau, éd. Garnier-Flammarion, coll. « GF Flammarion », 1967  (ISBN 2-08-070148-7), partie VI, Préface de Julie ou Entretien sur les romans, p. 579