Différences entre versions de « Alan Perlis »

53 octets ajoutés ,  il y a 9 ans
→‎« Perlisismes » : avancement des corrections
(→‎« Perlisismes » : -NdT qui trainait, précisions sur l'origine)
(→‎« Perlisismes » : avancement des corrections)
 
{{à sourcer|date=10-08-16}}
==« Perlisismes »==
 
Les citations de cette sectionsuivantes sont tirées de l'article ''Epigrams on Programming''indiqué, la page et le numéro de citation dans l'article original sont indiqués entre parenthèses :.
{{Réf Article
|titre=Epigrams on Programming
 
* La constante d’une personne est la variable d’une autre. (1, p. 7)
* Les inconscientsidiots ignorent la complexité. Les pragmatistespragmatiques en souffrent. Certains parviennent à l’éviter. Les génies la suppriment. (58, p. 10)
* En poursuivant l’inaccessible, la simplicité se trouve en travers du chemin.
* La simplicité ne précède pas la complexité, elle la suit. (31, p. 8)
 
* Dans la symbiose homme-machine, c’est l’homme qui doit s’adapter parce que la machine ne peut pas.
* En informatique, les invariants sont éphémères. (62, p. 10)
* La preuve de la valeur d’un système informatique est son existence.
* Le contact prolongé avec les ordinateurs transforme les mathématiciens en comptables et vice versa.
* L’informatique (Computer Science) est gênée par les ordinateurs.
* L’ordinateur est le pollueur ultime : ses fèces sont indistinguables de la nourriture qu’il produit.
* Les systèmes ont des sous-systèmes, et les sous-systèmes ont des sous-sous-systèmes et ainsi de suite à l’infini. C’est lac’est raison pour laquellepourquoi nous recommençons chaque foistoujours de zéro. (52, p. 10)
 
===Intelligence artificielle===
* Programmer est un acte contre nature. (33, p. 9)
* Tout programme a (au moins) deux buts : celui pour lequel il a été écrit, et un autre pour lequel il ne l’a pas été. (16, p. 8)
* Il est plus facile de changer la spécification pour qu’elle corresponde au programme que le contraire. (57, p. 10)
* Adapter de vieux programmes à de nouvelles machines signifie habituellement adapter les nouvelles machines pour qu’elles se comportent comme les anciennes.
* En informatique, passer de l’évident à l’utile est une définition vivante du mot « frustration ».
* Si quelqu’un dit « je veux un langage de programmation dans lequel je n’aurais qu’à dire ce qui doit être fait », donnez lui une sucette.
* Alors que les chinois devraient adorer APL, ils investissent dans FORTRAN.
* Un programmeur LISP connaitconnaît la valeur de tout, mais le cout (coût<ref>''cost)''</ref> de rien. (55, p. 10)
* Au cours des siècles, les Indiens ont développé un langage de signes pour communiquer des phénomènes intéressants. Les programmeurs des différentes tribus (FORTRAN, LISP, ALGOL, SNOBOL, etc.) auraient pu en utiliser un pour éviter de transporter un tableau noir sur leur poneys.
 
 
* La symétrie est un concept réduisant la complexité (les co-routines incluent des sous-routines) : recherchez-la partout. (6, p.7)
* Entrez tôt dans la routine : faites les mêmes processus de la même façon. Accumulez les tournures<ref>''idioms'', NdT</ref>. Standardisez. La seule différence (!) entre Shakespeare et vous est la taille de sa liste de tournures − pas la taille de son vocabulaire. (10, p.7)
 
===Enseignement===
17

modifications