Différences entre versions de « Simone Weil »

1 365 octets ajoutés ,  il y a 10 ans
|page=65}}
 
 
{{citation|citation=C'est un grand danger que celui d'aimer Dieu comme un joueur aime le jeu.}}
{{Réf Livre|titre=La Pesanteur et la Grâce
|auteur=Simone Weil
|éditeur=Plon
|année=1988
|ISBN=978-2-259-19202-6
|page=66}}
 
{{citation|citation=Parmi les êtres humains, on ne reconnaît pleinement l'existence que de ceux qu'on aime.}}
|ISBN=978-2-259-19202-6
|page=97}}
 
{{citation|citation=« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? »<br /> Là est la véritable preuve que le christianisme est quelque chose de divin.}}
{{Réf Livre|titre=La Pesanteur et la Grâce
|auteur=Simone Weil
|éditeur=Plon
|année=1988
|ISBN=978-2-259-19202-6
|page=103}}
 
{{citation|citation=Dieu ne peut être présent dans la création que sous la forme de l'absence.}}
{{Réf Livre|titre=La Pesanteur et la Grâce
|auteur=Simone Weil
|éditeur=Plon
|année=1988
|ISBN=978-2-259-19202-6
|page=126}}
 
{{citation|citation=L'attention, à son plus haut degré, est la même chose que la prière. Elle suppose la foi et l'amour.}}
{{Réf Livre|titre=La Pesanteur et la Grâce
|auteur=Simone Weil
|éditeur=Plon
|année=1988
|ISBN=978-2-259-19202-6
|page=134}}
 
{{citation|citation=Considérer toujours les hommes au pouvoir comme des ''choses'' dangereuses.}}
|ISBN=978-2-259-19202-6
|page=178}}
 
{{citation|citation=Il faut éliminer le malheur autant qu'on le peut de la vie sociale, car le malheur ne sert qu'à la grâce et la société n'est pas une société d'élus. Il y aura toujours assez de malheur pour les élus.
{{Réf Livre|titre=La Pesanteur et la Grâce
|auteur=Simone Weil
|éditeur=Plon
|année=1988
|ISBN=978-2-259-19202-6
|page=179}}
 
== ''L'Enracinement'', 1949 ==
471

modifications