FrankyLeRoutier

Inscrit depuis le 31 octobre 2008
m
o
m (o)
{{Utilisateur SUL|1=fr|2=w}}
 
 
{{citation|Je crois que l'automobile est aujourd'hui l'équivalent assez exact des grandes cathédrales gothiques : je veux dire une grande création d'époque, conçue passionnément par des artistes inconnus, consommée dans son image, sinon dans son usage, par un peuple entier qui s'approprie en elle un objet parfaitement magique.}}
{{Réf Livre
|référence=Mythologies/Seuil
|chapitre=« La nouvelle Citroën »
|page=150}}
 
{{citation|Une chose que l’on ne peut jamais dénier à ce mouvement-là, à ce mois, qui s’est déroulé en novembre 2005, c’est sa vitalité, c’est son énergie. Brûler une voiture ça demande de l’énergie. Alors voilà ce qu’on dit : c’est qu’au moins là il y a une jeunesse, dont on peut regretter parfois qu’elle soit un peu apathique, un peu inerte, et donc tout le monde devrait se réjouir, d’une certaine manière, qu’elle manifeste quelque chose, et qu’elle manifeste de l’énergie. De là à savoir où nous mènera cette énergie, ça, ma fois, j’ai l’honnêteté de considérer que je n’en sais rien. Mais c’est de l’énergie, et de ça on en prend acte.}}
{{Réf Émission
|auteur=François Bégaudeau
|émission=Répliques
|diffuseur=France Culture
|date={{date|24|mars|2007}}}}
 
== Elwood Blues ==
{{citation|citation = Il y a 160 kilomètres d'ici à Chicago, nous avons un réservoir plein d'essence, un demi paquet de cigarettes, il fait noir et nous portons des lunettes noires. En route.
|original = It's 106 miles to Chicago, we've got a full tank of gas, half a pack of cigarettes, it's dark and we're wearing sunglasses. Hit it.
| langue = en
}}
{{Réf Film|titre=The Blues Brothers
|auteur=Dan Aykroyd, John Landis
|date=1980
|acteur=Dan Aykroyd
}}
 
== Jake Blues ==
{{citation|citation=J'ai eu une panne d'essence ! Un pneu crevé ! Je n'avais pas assez d'argent pour un taxi ! Mon costard n'était pas prêt au pressing ! Un vieil ami a débarqué de nulle part ! Quelqu'un a volé ma voiture ! Il y a eu un tremblement de terre ! Une inondation terrible ! Des sauterelles ! Je jure devant Dieu que c'était pas ma faute !!
|original=I ran outta gas! I had a flat tire! I didn't have enough money for cab fare! My tux didn't come back from the cleaners! An old friend came in from outta town! Someone stole my car! There was an earthquake! A terrible flood! Locusts!! It wasn't my fault I swear to God!!!
|langue=en
|précisions=
}}
{{Réf Film|titre=The Blues Brothers
|auteur=Dan Aykroyd, John Landis
|date=1980
|acteur=John Belushi
|traducteur=Wikiquote
}}
 
== Citations ==
 
{{citation|citation=<poem>
{{Personnage|Leopold Saroyan}} (''qui vient d'anéantir la 2 CV d'Antoine Maréchal'') : C'est pas grave...
{{Personnage|Antoine Maréchal}} : C'est pas grave ! Vous en avez de bonnes ! Qu'est-ce que je vais devenir moi ?
{{Personnage|Leopold Saroyan}} : Eh bien... piéton !
</poem>
}}
{{Réf Film|titre=Le Corniaud
|auteur=Georges et André Tabet
|date=1965
|acteur=Louis de Funès et Bourvil
}}
 
{{citation|citation=<poem>
{{Personnage|Antoine Maréchal}} (''Toujours à propos de sa voiture complètement détruite'') : Ah elle va marcher beaucoup moins bien maintenant !
</poem>
}}
{{Réf Film|titre=Le Corniaud
|auteur=Georges et André Tabet
|date=1965
|acteur=Bourvil
}}
 
{{citation|citation=<poem>
{{Personnage|Leopold Saroyan}} (''au téléphone avec Ursulla l'auto-stoppeuse allemande'') : Ich bin ein freund, un ami, ein freund of herr Antoine Maréchal ! He ist en danger... Verstehen sie danger ? [...] Si vous nicht interveniren, Maréchal Kaput !
{{Personnage|Ursulla}} : Das ist gar nicht möglich !
{{Personnage|Leopold Saroyan}} : Ça je ne peux pas vous dire ! Because der mann, der beau garçon, ach !! ist ein salopard, ein grosse salopard ... qui veut barbotieren... beg your pardon... volieren la Cadillac... Voilà, merci... (''il raccroche'') Bon, je crois qu'elle a capito !
</poem>
}}
{{Réf Film|titre=Le Corniaud
|auteur=Georges et André Tabet
|date=1965
|acteur=Louis de Funès et Beba Loncar
}}
 
==Général Yves Gras==
{{Citation|citation= On en voit partout [des FFI], déguisés en militaires mais toujours en armes, comme si le danger était encore au
coin de la rue, circulant en voiture à toute vitesse, debout sur les marchepieds ou couchés sur les ailes dans des postures de
combat, comme on a pu le voir sur certains films de la Révolution russe. Ils contrôlent sans ménagement l'identité des
habitants aux terrases des cafés, poussent devant eux, dans les clameurs de la populace, des femmes tondues et des hommes au
visage ensenglanté.
|précisions=Propos du général Gras de la 1re DFL sur les FFI au lendemain du débarquement de Provence
}}
{{Réf Livre|titre=Historia mai-juin 1994
|auteur=[[:w:Yves Gras|Yves Gras]]
|section=L'été de tous les succès pour de Lattre
|éditeur=Historia
|année=1994
|page=110
}}
 
=== ''Les Pensées de San-Antonio'', 1996 ===
{{citation|Un piéton est un monsieur qui va chercher sa voiture.}}
{{Réf Livre|titre=Les Pensées de San-Antonio|auteur=[[Frédéric Dard]]|page=141|éditeur=Pocket|année=1996}}
 
{{citation|citation=Il y a malgré tout un avantage à tomber en panne sèche, c'est que c'est moins lourd à pousser que si le réservoir était plein.}}
{{Réf Livre|titre=Le meilleur du Chat
|auteur=[[Philippe Geluck]]
|éditeur={{w|Casterman}}
|année=1994
|page=45
|ISBN=2-203-34009-6
|année d'origine=1994
|langue=fr}}
 
{{citation|Je parle maintenant de l'accident de la voiture, quand Bardot et Palance meurent. Moi, je les aurais filmés dans la voiture allant de plus en plus vite. Quelque chose l'aurait empêché de braquer et j'aurais montré l'accident. Vous, vous ne montrez pas cela. vous avez montré qu'ils sont morts. Ils sont entre deux camions. Pour vous, les conséquences étaient beaucoup plus importantes que l'accident lui-même.
|précisions = Fritz Lang à [[Jean-Luc Godard]], à propos d'une scène du film ''[[Le Mépris]]''}}
{{Réf Livre
|titre=Fritz Lang. Le meurtre et la loi
|auteur=Michel Ciment
|éditeur=Découvertes Gallimard
|année=2003
|page=94}}
2 598

modifications