« Charles Dantzig » : différence entre les versions

2 062 octets ajoutés ,  il y a 11 ans
Ajout citations
Aucun résumé des modifications
(Ajout citations)
{{Citation|citation=Si un auteur est généralement un petit peu moins bien que son livre, c'est que, au moment où il l'écrivait, il était plus complet. Il avait convoqué son moi idéal, ses talents, ses ruses, ses élans, il affrontait des obstacles dont les héros de romans courtois n'ont pas idée. Il s'élevait. Revenu à terre, il prend un repos nécessaire, car personne ne pourrait supporter ces tensions en permanence, envoyant tout ce personnel en vacances, et se retrouve seul, avec un air de vieux maître d'hôtel fourbu dans un château abandonné.}}
{{réf Livre|auteur=Charles Dantzig|titre=Dictionnaire égoïste de la littérature française|éditeur=Grasset|année=2005|page=53.}}
 
{{Citation|citation=La provocation provient du dépit et est un enfantillage. Quelle importance de choquer ceux que l’on méprise ? Serait-ce qu’on ne les méprise pas tellement ? Au fond, la provocation est une approbation.}}
{{réf Livre|auteur=Charles Dantzig|titre=Dictionnaire égoïste de la littérature française|éditeur=Grasset|année=2005|page=79}}
 
{{Citation|citation=On ne peut pas définir la forme du beau, parce que le beau est mouvant.<br/>
Le beau est une paresse.<br/>
Le beau d’hier fait rire.}}
{{réf Livre|auteur=Charles Dantzig|titre=Dictionnaire égoïste de la littérature française|éditeur=Grasset|année=2005|page=84}}
 
{{Citation|citation=Cet humour lugubre (…) que les années 1950-1970, par excès de rationalisme, ont qualifié d’absurde, est enseigné dans les écoles françaises sans le mot essentiel : ''irlandais''.
|précisions=(A propos de Beckett)}}
{{réf Livre|auteur=Charles Dantzig|titre=Dictionnaire égoïste de la littérature française|éditeur=Grasset|année=2005|page=93}}
 
{{Citation|citation=Si la critique littéraire, c’est le mariage forcé, la biographie, c’est le mariage interminable. Dans les deux cas ; les regards se plissent. C’est toujours toi qui choisis le programme à la télé, impossible de rien faire l’un sans l’autre, ah, si j’avais su, je n’aurais jamais dit oui ! peste le biographe. Voilà comment des gens bien intentionnés a départ se crispent sur de minuscules particularismes irritants et produisent mille petits reproches irrités. Ils cassent la statue pour ses chiures de pigeon.<br/>
Et le plaisir de la vengeance : je me tue depuis des années à accumuler de la documentation au fond des bibliothèques à éclairage tuberculeux, et je ne le resservirais pas en entier ? Ils ressemblent aux parents qui laissent leurs enfants hurler dans les trains pour que les autres les subissent autant qu’eux.}}
{{réf Livre|auteur=Charles Dantzig|titre=Dictionnaire égoïste de la littérature française|éditeur=Grasset|année=2005|page=113}}
 
== ''Pourquoi lire'', 2010 ==
1 663

modifications