Différences entre versions de « George Carlin »

4 340 octets ajoutés ,  il y a 9 ans
== ''Jammin' in New York'' (''Improvisation à New York''), 1992 ==
{{citation|J'ai certaines règles que je suis dans la vie. Ma première règle : je ne crois en rien que me dit mon gouvernement.}}
{{Réf Sketch
|titre=Rockets And Penises In The Persian Gulf
|auteur=George Carlin
|album=Jammin' in New York
|date=10 novembre 1992
|label=Atlantic/WEA
|traducteur=Wikiquote
}}
 
{{citation|Je considère la guerre différemment. Pour moi, la guerre c'est agiter sa bite ! OK ? Très simplement. C'est tout ce que c'est. La guerre c'est un tas de mecs debout dans un champ, agitant leurs bites entre eux-mêmes. Les hommes sont complexés par la taille de leurs verges, et ils doivent s'entretuer à cause de cette idée. C'est la même merde pour ces connards de sportifs débiles. C'est la raison pour les gros machos, ces mâles puériles qui se pavanent et se paradent dans les bars et les vestiaires. C'est la « peur du phallus » ! Les hommes sont terrifiés à l’idée que leurs verges soient inadéquates et donc ils doivent se rivaliser, pour se sentir mieux, et comme la guerre est l'ultime rivalité, en gros, les hommes s'entretuent par amour-propre ! Il n'est pas nécessaire d’être un historien ou un chercheur à sciences po pour voir en œuvre la politique extérieure d'avoir la plus grosse bite. Ça ressemble à ça : « Quoi, leurs bites sont plus grosses ? Qu'on les bombarde ! » Évidemment, les bombes et les missiles et les balles ont tous la forme de bites. C'est un besoin subconscient de projeter le pénis dans les affaires des autres. Ça s'appelle « niquer le reste du monde ! » }}
{{Réf Sketch
|titre=Rockets And Penises In The Persian Gulf
}}
 
{{citation|CJ'estai une autre plainte que j'ai - trop dl'utilisation excessive du préfixe "« pré" ». C'est partout dans le langage maintenant — "pré"-ci, "pré"-ça, placez la dinde dans un four "pré-chauffé". C'est ridicule ! Il n'y a que deux états dans lesquels un four peu possiblement exister : chauffé et non chauffé ! "Préchauffé" est une foutaise de mot ! C'est comme pré-enregistré — "« Cette émission a été pré-enregistrée" ». Ben, bien sûr quelle a été pré-enregistrée ! Quand est-ce qu'on va l'enregistrer, après ? C'est tout le but d'enregistrer; de le faire avant ! Sinon, ça ne marche pas très bien, non ? "« Pré-existant, pré-planifié, pré-sélectionné" » — vous savez ce que je dis à ces gens ? Pré-sucez ma situation génitale ! Et ils semblent comprendre de quoi je parle.}}
{{Réf Sketch
|titre=Airline Announcements
|auteur=George Carlin
|album=Jammin' in New York
|date=10 novembre 1992
|label=Atlantic/WEA
|traducteur=Wikiquote
}}
 
{{citation|Je connais l'endroit idéal pour les logements sociaux. J'ai la solution à ce problème. Je sais où nous pouvons construire des logements pour les sans-abris : les terrains de golf ! C'est parfait ! Juste ce qui nous faut. Des terrains abondants, dans des beaux quartiers, des terrains qui sont actuellement gâchés par une activité débile, dépourvue de sens, et principalement pratiquée par des homme d'affaire blancs et de bonne société, qui utilisent ce jeu pour se réunir et se découper des tranches de plus en plus fines de ce pays. J'en ai marre, vraiment marre, de ces salauds de golfeurs. Avec leurs pantalons verts, et leurs pantalons jaunes, et leurs pantalons oranges, et leurs adorables petits chapeaux et leurs petites voiturettes mignonnes ! Il est temps de récupérer les terrains de golf des riches et de les donner aux pauvres ! Le golf est un jeu arrogant, élitiste, prenant beaucoup trop de place dans ce pays. Beaucoup trop de place dans ce pays ! C'est un jeu arrogant par le principe même, la simple conception du jeu est toute arrogance. Pensez à la taille d'un terrain de golf — la balle a ''cette'' putain de taille ! Pour quoi tout ces connards débiles ont-ils besoin de tant de terrain ?! Il y a plus de dix-sept mille terrains de golf en Amérique, d'en moyenne plus de cent cinquante acres pièce — c'est plus de trois millions d'acres, quatre mille huit cent vingt miles carrés — on pourrait construire deux [[w:Rhode Island|Rhode Island]]s et un [[w:Delaware|Delaware]] pour les sans-abris sur ces terres actuellement gâchées par ce jeu débile, sans aucun sens, arrogant, élitiste — raciste, en voila une autre chose; les seuls noirs aperçus au country club servent les plats. Et un jeu chiant, un jeu chiant pour des gens chiants. Vous avez déjà vu le golf à la télé ? C'est comme regarder des mouches s'enculer ! Et débile, complétement débile. Imaginez l’intellect nécessaire pour tirer plaisir de cette activité : taper dans une balle — avec un bâton tordu — et puis ... marcher pour la retrouver ! Et après, la taper de nouveau ! Je dis, t'as qu'a la ramasser connard, t'as bien eu la chance de la retrouver ! Mets la dans ta poche et rentre chez toi, t'as gagné ! Tu l'as retrouvé ! Aucune chance de ça. Ducon avec sa culotte écossaise va la taper de nouveau et marcher encore. Ces salauds de riches n'ont qu'a jouer au golf miniature ! Laissez les s'emmerder avec un moulin à vent pendant une bonne heure et demie ! Voyons s'il y a vraiment du talent parmi ces gens. Bon, je sais qu'il y a des gens qui jouent au golf et qui ne se considèrent pas riches. Je les emmerde ! Et ils devraient avoir honte de pratiquer un passe-temps aussi élitiste et arrogant.}}
{{Réf Sketch
|titre=Golf
|auteur=George Carlin
|album=Jammin' in New York
20

modifications