« Leonardo Sciascia » : différence entre les versions

(cat + lien)
{{Réf Livre|titre=Le Jour de la chouette|auteur=Leonardo Sciascia|éditeur=Flammarion|collection=GF|année=1986|page=37|traducteur=Juliette Bertrand|ISBN=978-2-0807-0461-0}}
 
{{citation|citation=<poem>— Mendolia... Il a dit des choses à faire dresser les cheveux sur la tête : que la mafia existe, que c'est une puissante organisation, qu'elle contrôle tout : les moutons, les légumes, les travaux publics et les vases grecs... L'histoire des vases grecs est impayable : de ces choses qu'on trouve plutôt dans le « courrier des lecteurs »... Tout de même, bon Dieu, il faudrait un peu de sérieux... Vous y croyez, vous, à la mafia ?
— A vrai dire...
— Et vous ?
{{Réf Livre|titre=Le Jour de la chouette|auteur=Leonardo Sciascia|éditeur=Flammarion|collection=GF|année=1986|page=63|traducteur=Juliette Bertrand|ISBN=978-2-0807-0461-0}}
 
{{citation|citation=Il y avait aussi, dans le dossier de Marchica, un rapport relatif à un meeting tenu par le député Livigni : c'est entouré de l'élite de la mafia locale, à sa droite le doyen don Calogero Guicciardo, à sa gauche Marchica, que le député s'était présenté au balcon central de la maison des Alvarez. A un certain moment de son discours, il avait dit textuellement : « On m'accuse d'être en rapport avec des gens appartenant à la mafia, et, par conséquent, avec la mafia. Mais moi, je dois vous dire que je ne suis pas encore arrivé à comprendre ce qu'est la mafia, si elle existe ; et je peux, en toute conscience de bon citoyen et de bon catholique, vous jurer que je n'ai jamais connu de ma vie un seul mafieux. »}}
{{Réf Livre|titre=Le Jour de la chouette|auteur=Leonardo Sciascia|éditeur=Flammarion|collection=GF|année=1986|page=82|traducteur=Juliette Bertrand|ISBN=978-2-0807-0461-0}}
 
30 159

modifications