Différences entre versions de « François-René de Chateaubriand »

aucun résumé de modification
== Citations ==
=== ''Essai sur les Révolutions'', 1797 ===
 
{{citation|citation=<poem>Chaque âge est un fleuve qui nous entraîne selon le penchant des destinées quand nous nous y abandonnons. Mais il me semble que nous sommes tous hors de son cours. Les uns (les républicains) l'ont traversé avec impétuosité et se sont élancés sur le bord opposé. Les autres sont demeurés de ce côté-ci sans vouloir s'embarquer. Les deux partis crient et s'insultent, selon qu'ils sont sur l'une ou sur l'autre rive. Ainsi les premiers nous transportent loin de nous dans des perfections imaginaires, en nous faisant devancer notre âge, les seconds nous retiennent en arrière, refusent de s'éclairer, et veulent rester les hommes du XIVe siècle dans l'année 1797.</poem>}}
{{Réf Livre|titre=René ou la vie de Chateaubriand|auteur=André Maurois|éditeur=Grasset|collection=Les Cahiers Rouges|année=1956|année d'origine=1938|page=97|section=III ''Le premier livre''|chapitre=III « L'Exil »|ISBN=2-246-18904-7}}
|auteur=André Maurois
|éditeur=Grasset
|collection=Les Cahiers Rouges
|année=1956
|page=97
|section=III ''Le premier livre''
|chapitre=III « L'Exil »
|ISBN=2-246-18904-7}}
 
{{citation|citation=<poem>Voilà mon système, voilà ce que je crois. Oui, tout est chance, hasard, fatalité dans ce monde, la réputation, l'honneur, la richesse, la vertu même : et comment croire qu'un Dieu intelligent nous conduit ? Voyez les fripons en place, la fortune allant au scélérat, l'honnête homme volé, assassiné, méprisé. Il y a peut-être un Dieu, mais c'est le Dieu d'Epicure ; il est trop grand, trop heureux pour s'occuper de nos affaires.</poem>}}
{{Réf Livre|titre=René ou la vie de Chateaubriand|auteur=André Maurois|éditeur=Grasset|collection=Les Cahiers Rouges|année=1956|année d'origine=1938|page=100|section=III ''Le premier livre''|chapitre=III « L'Exil »|ISBN=2-246-18904-7}}
|auteur=André Maurois
|éditeur=Grasset
|collection=Les Cahiers Rouges
|année=1956
|page=100
|section=III ''Le premier livre''
|chapitre=III « L'Exil »
|ISBN=2-246-18904-7}}
 
=== ''Génie du christianisme'', 1802 ===
{{citation|citation=C'est une très méchante manière de raisonner que de rejeter ce qu'on ne peut comprendre.}}
{{Réf Livre|titre=Génie du christianisme|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=Flammarion|année=1993|page=62|tome=1|partie=1 « Dogmes et doctrines »|chapitre=III « Des mystères chrétiens »|section=Livre premier « Mystères et sacrements »|ISBN=2-08-070104-5|année d'origine=1802|collection=Garnier Flammarion|s=}}
{{Réf Livre|titre=Génie du christianisme
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2010|mois=août|jour=10|commentaire=|}}
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=Flammarion
|année=1993
|page=62
|tome=1
|partie=1 « Dogmes et doctrines »
|chapitre=III « Des mystères chrétiens »
|section=Livre premier « Mystères et sacrements »
|ISBN=2-08-070104-5
|année d'origine=1802
|collection=Garnier Flammarion
|s=}}
{{Choisie citation du jour
|puce=*
|année=2010
|mois=août
|jour=10
|commentaire=
|}}
 
 
{{citation|citation=Il a fallu que le christianisme vînt chasser ce peuple de faunes, de satyres et de nymphes, pour rendre aux grottes leur silence et aux bois leur rêverie.}}
{{Réf Livre|titre=Génie du christianisme|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=Flammarion|année=1993|page=315|tome=1|partie=2 « Dogmes et doctrines »|chapitre=I « Que la Mythologie rapetissait la nature; que les Anciens n'avaient point de poésie proprement dite descriptive »|section=Livre quatrième « Du merveilleux, ou de la poésie dans ses rapports avec les êtres surnaturels »|ISBN=2-08-070104-5|année d'origine=1802|collection=Garnier Flammarion|s=}}
{{Réf Livre|titre=Génie du christianisme
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=Flammarion
|année=1993
|page=315
|tome=1
|partie=2 « Dogmes et doctrines »
|chapitre=I « Que la Mythologie rapetissait la nature; que les Anciens n'avaient point de poésie proprement dite descriptive »
|section=Livre quatrième « Du merveilleux, ou de la poésie dans ses rapports avec les êtres surnaturels »
|ISBN=2-08-070104-5
|année d'origine=1802
|collection=Garnier Flammarion
|s=}}
 
{{citation|citation=Les sciences sont un labyrinthe où l'on s'enfonce plus avant au moment même où l'on croyait en sortir.}}
{{Réf Livre|titre=Génie du christianisme|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=Flammarion|année=1993|page=416|tome=1|partie=3 « Beaux-arts et littérature »|chapitre=II « Chimie et histoire naturelle »|section=Livre second « Philosophie »|ISBN=2-08-070104-5|année d'origine=1802|collection=Garnier Flammarion|s=}}
{{Réf Livre|titre=Génie du christianisme
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=Flammarion
|année=1993
|page=416
|tome=1
|partie=3 « Beaux-arts et littérature »
|chapitre=II « Chimie et histoire naturelle »
|section=Livre second « Philosophie »
|ISBN=2-08-070104-5
|année d'origine=1802
|collection=Garnier Flammarion
|s=}}
 
=== ''Mémoires d'Outre-Tombe'', 1848 ===
{{citation|L'aristocratie a trois âges successifs : l'âge des supériorités, l'âge des privilèges, l'âge des vanités ; sortie du premier, elle dégénère dans le second et s'éteint dans le dernier.}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe|année d'origine=1848|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=GF Flammarion|collection=Grand Format|année=1997|ISBN=2-08-070906-2|page=49|section=livre 1, chapitre 1|s=}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2008|mois=décembre|jour=27|commentaire=|}}
|année d'origine=1848
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=GF Flammarion
|collection=Grand Format
|année=1997
|ISBN=2-08-070906-2
|page=49
|section=livre 1, chapitre 1
|s=}}
{{Choisie citation du jour
|puce=*
|année=2008
|mois=décembre
|jour=27
|commentaire=
|}}
 
 
{{citation|Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce.}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe|année d'origine=1848|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=GF Flammarion|collection=Grand Format|année=1997|ISBN=2-08-070906-2|page=95|section=livre 1, chapitre 6|s=}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2011|mois=novembre|jour=11|commentaire=|}}
|année d'origine=1848
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=GF Flammarion
|collection=Grand Format
|année=1997
|ISBN=2-08-070906-2
|page=95
|section=livre 1, chapitre 6
|s=}}
{{Choisie citation du jour
|puce=*
|année=2011
|mois=novembre
|jour=11
|commentaire=
|}}
 
 
{{citation|Pourquoi faut-il que le plus grand crime et la plus grande gloire soient de verser le sang d'un homme ?}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe|année d'origine=1848|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=GF Flammarion|collection=Grand Format|année=1997|ISBN=2-08-070906-2|page=104|section=livre 2, chapitre 2|s=}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe
|année d'origine=1848
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=GF Flammarion
|collection=Grand Format
|année=1997
|ISBN=2-08-070906-2
|page=104
|section=livre 2, chapitre 2
|s=}}
 
{{citation|Frères d'une grande famille, les enfants ne perdent leurs traits de ressemblance qu'en perdant l'innocence, la même partout. Alors les passions modifiées par les climats, les gouvernements et les mœurs font les nations diverses ; le genre humain cesse de s'entendre et de parler le même langage : c'est la société qui est la véritable tour de Babel.}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe|année d'origine=1848|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=GF Flammarion|collection=Grand Format|année=1997|ISBN=2-08-070906-2|page=116|section=livre 2, chapitre 5|s=}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe
|année d'origine=1848
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=GF Flammarion
|collection=Grand Format
|année=1997
|ISBN=2-08-070906-2
|page=116
|section=livre 2, chapitre 5
|s=}}
 
{{citation|Il y a des temps où l’on ne doit dépenser le mépris qu’avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux.}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'Outre-Tombe|année d'origine=1848|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=Eugène et Victor Penaud Frères|année=1849|page=262|section=tome 6|s=}}
|année d'origine=1848
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=Eugène et Victor Penaud Frères
|année=1849
|page=262
|section=tome 6
|s=}}
 
{{citation|citation=En général, on parvient aux affaires par ce que l'on a de médiocre, et l'on y reste par ce que l'on a de supérieur. Cette réunion d'éléments antagonistes est la chose la plus rare, et c'est pour cela qu'il y a si peu d'hommes d’État.}}
{{citation
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'outre-tombe|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=Librairie Générale Française|collection=Le livre de poche|année=1973|année d'origine=1848|section=tome 2|page=471|ISBN=2-253-01674-8}}
|citation=En général, on parvient aux affaires par ce que l'on a de médiocre, et l'on y reste par ce que l'on a de supérieur. Cette réunion d'éléments antagonistes est la chose la plus rare, et c'est pour cela qu'il y a si peu d'hommes d’État.}}
{{Réf Livre
|titre=Mémoires d'outre-tombe
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=Librairie Générale Française
|collection=Le livre de poche
|année=1973
|année d'origine=1848
|section=tome 2
|page=471
|ISBN=2-253-01674-8}}
 
{{citation|citation=Les rois croient qu'en faisant sentinelle autour de leurs trônes,
{{citation
|citation=Les rois croient qu'en faisant sentinelle autour de leurs trônes,
ils arrêteront les mouvements de l'intelligence ; ils s'imaginent
qu'en donnant le signalement des principes ils les feront saisir
du principe de la liberté ; force est de les étouffer tous les deux
ou de les admettre l'un et l'autre.}}
{{Réf Livre|titre=Mémoires d'outre-tombe|auteur=François-René de Chateaubriand|éditeur=Librairie Générale Française|collection=Le livre de poche|année=1973|année d'origine=1848|section=tome 3|page=543|ISBN=2-253-01675-6}}
{{Réf Livre
|titre=Mémoires d'outre-tombe
|auteur=François-René de Chateaubriand
|éditeur=Librairie Générale Française
|collection=Le livre de poche
|année=1973
|année d'origine=1848
|section=tome 3
|page=543
|ISBN=2-253-01675-6}}
 
== Citations et propos rapportés concernant le talent de Chateaubriand ==
{{citation|citation=Dès les premières pages de Chateaubriand qui lui furent soumises, [Joubert] reconnut un grand écrivain. « Ce sauvage me charme, dit-il. Il faut le débarbouiller de Rousseau, d'Ossian, des vapeurs de la Tamise, des révolutions anciennes et modernes, et lui laisser la croix, les missions, les couchers du soleil en plein océan et les savanes de l'Amérique ; et vous verrez quel poète nous allons voir pour nous purifier des restes du Directoire, comme Epiménide, avec ses rites et ses vers, purifia jadis Athènes de la peste ».}}
{{Réf Livre|titre=René ou la vie de Chateaubriand|auteur=André Maurois|éditeur=Grasset|collection=Les Cahiers Rouges|année=1956|année d'origine=1938|page=124|section=II ''La petite société — « Atala »''|chapitre=IV « Le Génie du Christianisme »|ISBN=2-246-18904-7}}
 
{{citation|citation=Mme de Staël elle-même, bien qu'effrayée par le danger que représentait pour ses idées de perfectibilité humaine ce jeune champion du passé qui l'avait assez perfidement attaquée dans ''le Mercure'', devint son amie ; elle ne pouvait résister à tant de gloire, et poussait le goût de la chasse au lion jusqu'à la volupté de se laisser dévorer.}}
{{citation|citation=<poem>Dès les premières pages de Chateaubriand qui lui furent soumises, [Joubert] reconnut un grand écrivain. «Ce sauvage me charme, dit-il. Il faut le débarbouiller de Rousseau, d'Ossian, des vapeurs de la Tamise, des révolutions anciennes et modernes, et lui laisser la croix, les missions, les couchers du soleil en plein océan et les savanes de l'Amérique ; et vous verrez quel poète nous allons voir pour nous purifier des restes du Directoire, comme Epiménide, avec ses rites et ses vers, purifia jadis Athènes de la peste».</poem>}}
{{Réf Livre|titre=René ou la vie de Chateaubriand|auteur=André Maurois|éditeur=Grasset|collection=Les Cahiers Rouges|année=1956|année d'origine=1938|page=132|section=II ''La petite société — « Atala »''|chapitre=IV « Le Génie du Christianisme »|ISBN=2-246-18904-7}}
{{Réf Livre|titre=René ou la vie de Chateaubriand
|auteur=André Maurois
|éditeur=Grasset
|collection=Les Cahiers Rouges
|année=1956
|page=124
|section=II ''La petite société — « Atala »''
|chapitre=IV « Le Génie du Christianisme »
|ISBN=2-246-18904-7}}
 
{{citation|citation=<poem>Mme de Staël elle-même, bien qu'effrayée par le danger que représentait pour ses idées de perfectibilité humaine ce jeune champion du passé qui l'avait assez perfidement attaquée dans ''le Mercure'', devint son amie ; elle ne pouvait résister à tant de gloire, et poussait le goût de la chasse au lion jusqu'à la volupté de se laisser dévorer.</poem>}}
{{Réf Livre|titre=René ou la vie de Chateaubriand
|auteur=André Maurois
|éditeur=Grasset
|collection=Les Cahiers Rouges
|année=1956
|page=132
|section=II ''La petite société — « Atala »''
|chapitre=IV « Le Génie du Christianisme »
|ISBN=2-246-18904-7}}
 
 
{{interprojet|s=Auteur:François-René de Chateaubriand|commons=François-René de Chateaubriand|w=François-René de Chateaubriand}}
30 159

modifications