Différences entre versions de « Écriture »

544 octets ajoutés ,  il y a 8 ans
m
réorganisation
m (réorganisation)
L''''[[w:écriture|écriture]]''' est un système de représentation graphique d’une langue, au moyen de signes inscrits ou dessinés sur un support, et permet l'échange d'informations sans le support de la voix.
 
== Citations audiovisuelles ==
=== Clara et Robert Kuperberg, Emission, 2006 ===
{{Citation|citation=La morale en écriture n'est que l'esquisse de nos propres actes immoraux.}}
{{Réf Émission|auteur=Clara et Robert Kuperberg|émission=American Dog|diffuseur=Arte|date=16 novembre 2006}}
 
== Citations littéraires ==
=== Sei Shōnagon, ''Notes de chevet'', 1001-1010 ===
=== L'écriture dans les écrits intimes ===
==== Sei Shōnagon, ''Notes de chevet'', 1001-1010 ====
{{citation|Quand j'aperçois un encrier malpropre, poudreux, un bâton d'encre que l'on a frotté sans soin et usé d'un seul côté, cela me fait une impression désagréable. Je déteste également voir une personne prendre, avec une pince de bambou, un bâton d'encre qui a beaucoup servi.}}
{{Réf Livre|titre=Notes de chevet|auteur=Sei Shōnagon|éditeur=Gallimard/Unesco|année=2007 |année d'origine=1001-1010|page=243-244|ISBN=|traducteur=André Beaujard}}
{{Réf Livre|titre= Notes de chevet
|auteur= Sei Shōnagon
|éditeur= Gallimard / Unesco
|année= 2007
|année d'origine= ~995-1005
|page= 243-244
|ISBN=
|traducteur= André Beaujard}}
 
=== L'écriture en poésie ===
=== Georges De Brebeuf, ''La Pharsale de Lucain'', 1670 ===
==== Georges De Brebeuf, ''La Pharsale de Lucain'', 1670 ====
{{citation|citation=<poem>
C'est de lui que nous vient cet art ingénieux
De peindre la parole et de parler aux yeux,
Et par les traits divers de figures tracées,
Donner de la couleur et du corps aux pensées.</poem>|précisions=En parlant du [peuple] Phénicien, inventeur de l'écriture.}}
{{Réf Livre|titre=La Pharsale de Lucain|auteur=Georges De Brebeuf|éditeur=Jean Ribou|année=1670|page=85}}
|précisions=En parlant du [peuple] Phénicien, inventeur de l'écriture}}
{{Réf Livre|titre=La Pharsale de Lucain
|auteur=Georges De Brebeuf
|éditeur=Jean Ribou
|année=1670
|page=85}}
 
==== [[VoltaireAndré Gide]], ''DictionnaireLes Caves du philosophiqueVatican'', 17641914 ====
{{Citation|citation=L'écriture est la peinture de la voix.<poem>
— Savez-vous ce qui me gâte l'écriture ? Ce sont les corrections, les ratures, les maquillages qu'on y fait.
|précisions=(Voir la parenté de cette citation avec celle de Brébeuf, ci-dessus)}}
— Croyez-vous donc qu'on ne se corrige pas, dans la vie ? demanda Julius allumé.
{{réf Livre|auteur=Voltaire|titre=Œuvres complètes|éditeur=Elibron Classics|année=2004|tome=26|titre de la contribution=Dictionnaire philosophique|année de la contribution=1764|section=article « Orthographe »|page=109}}
— Vous ne m'entendez pas : Dans la vie, on se corrige, à ce qu'on dit, on s'améliore ; on ne peut corriger ce qu'on a fait. C'est ce droit de retouche qui fait de l'écriture une chose si grise et si... (il n'acheva pas). Oui ; c'est là ce qui me paraît si beau dans la vie ; c'est qu'il faut peindre dans le frais. La rature y est défendue.
{{Choisie citation du jour
</poem>}}
|puce=*
{{Réf Livre|référence=Les Caves du Vatican/Gallimard-Folio|page=79}}
|année=2008
|mois=décembre
|jour=6
|commentaire=|}}
 
==== [[Tristan Tzara]], ''Maison Flake'', 1919 ====
{{citation|citation=arc distendu de mon coeur machine à écrire pour les étoiles|précisions=Cette citation provient d'une revue dirigée par [[André Breton]].}}
{{Réf Article|titre=Tristan Tzara|auteur=[[Tristan Tzara]]|publication=Littérature|numéro=2|date=Avril 1919|page=16}}
 
==== Albert Bensoussan, ''Confessions d'un traître'', 1995 ====
{{Citation|<poem>La parole est nomade, aérienne, supérieure, l'écriture la fige, la ramène à terre, l'emprisonne. Ainsi cette historiette arabe :
Qu'est-ce que la parole ? Demande l'un
Un vent qui passe, dit le sage
Et qui peut l'enchaîner ? Interroge l'autre
L'écriture</poem>}}
{{Réf Livre|titre=Confessions d'un traître|auteur=Albert Bensoussan|éditeur=Presses Universitaires de Rennes|année=1995|page=107}}
 
=== L'écriture dans les romans ===
=== [[Charles Robert Maturin]], ''Melmoth — L'homme errant'', 1820 ===
==== [[Charles Robert Maturin]], ''Melmoth — L'homme errant'', 1820 ====
{{citation|citation=<poem>D'un côté, l'on voyait des colonnes chargées de caractères hiéroglyphiques ; de l'autre, des pierres qui portaient les marques d'un pouvoir irrésistible. Mortels, disait ce pouvoir, vous tracez avec le ciseau, je n'écris qu'avec le feu.</poem>}}
{{Réf Livre|titre=Melmoth — L'homme errant|auteur=Charles Robert Maturin|traducteur=Jacqueline Marc-Chadourne|éditeur=Phébus|collection=''Libretto''|année=1996|année d'origine=1820|page=334|section=Histoire des Indiens|ISBN=978-2-85-940553-3}}
{{Réf Livre|titre=Melmoth — L'homme errant
|auteur=Charles Robert Maturin
|traducteur=Jacqueline Marc-Chadourne
|éditeur=Phébus
|collection=''Libretto''
|année=1996
|année d'origine=1820
|page=334
|section=Histoire des Indiens
|ISBN=978-2-85-940553-3}}
 
==== [[JosephMarcel JoubertProust]], ''PenséesLe temps retrouvé'', 18501927 ====
{{citation|citation=Le devoir et la tâche d'un écrivain sont ceux d'un traducteur.}}
{{citation|Quand on écrit avec facilité, on croit toujours avoir plus de talent qu’on n’en a. Pour bien écrire, il faut une facilité naturelle et une difficulté acquise. }}
{{Réf Livre|titre=Le temps retrouvé|auteur=Marcel Proust|éditeur=Pléiade|année=1957|page=895|tome=III}}
{{Réf Livre
|titre= Pensées
|auteur= Joseph Joubert
|éditeur= Librairie Vve Le Normant
|année= 1850
|page= 100
|année d'origine=~1780-1824
|tome=2
|s=Pensées}}
 
==== [[Fred Vargas]], ''L'Homme aux cercles bleus'', 1991 ====
{{citation|Quand un ouvrage sent la lime, c’est qu’il n’est pas assez poli ; s’il sent l’huile, c’est qu’on a trop peu veillé.}}
{{citation|Pour quoi faire, écrire ? Pour séduire ? C'est ça ? Pour séduire les inconnus, comme si les connus ne te suffisaient pas ? Pour t'imaginer rassembler la quintessence du monde en quelques pages ? Quelle quintessence à la fin ? Quelle émotion du monde ? Quoi dire ? Même l'histoire de la vieille musaraigne n'est pas intéressante à dire. Écrire, c'est rater.}}
{{Réf Livre
{{Réf Livre|titre={{w|L'Homme aux cercles bleus}}|auteur=Fred Vargas|éditeur=J’ai Lu|année=2002|page=199}}
|titre= Pensées
|auteur= Joseph Joubert
|éditeur= Librairie Vve Le Normant
|année= 1850
|page= 101
|année d'origine=~1780-1824
|tome=2
|s=Pensées}}
 
==== [[FriedrichPaul NietzscheAuster]], ''[[w:Ainsi parlait Zarathoustra|Ainsi parlait Zarathoustra]]Leviathan'', 18851993 ====
{{citation|J'ai toujours été un bûcheur, un type qui s'angoisse et se débat à chaque phrase, et même les meilleurs jours je ne fais que me traîner, ramper à plate perdu dans le désert. Le moindre mot est pour moi entouré d'arpents de silence et lorsque j'ai enfin réussi à le tracer sur la page, il a l'air de se trouver là comme un mirage, une particule de doute scintillant dans le sable. [...]. Un mur me sépare de mes propres pensées, je me sens coincé dans un no man's land entre sentiment et articulation, […]. Pour moi [les choses et les mots] ne cessent de se séparer, de voler en éclats dans toutes les directions. Je passe presque tout mon temps à ramasser les fragments et à les recoller ensemble.|précisions=Dans la bouche du narrateur, en contraste avec ce qu'il pense (en bien) d'un ami lui aussi écrivain.}}
{{citation|citation=<poem>De tout ce qui est écrit, je ne lis que ce que quelqu'un écrit avec son sang. Ecris avec ton sang : et tu verras que le sang est esprit.
{{Réf Livre|titre=Leviathan|auteur=Paul Auster|éditeur=Le livre de Poche|année=1993|page=73|traducteur=Christine Le Boeuf}}
Il n'est guère facile de comprendre le sang d'autrui : je hais les oisifs qui lisent [...].
Que tout un chacun ait le droit d'apprendre à lire, voilà qui à la longue va gâter non seulement l'écriture mais aussi la pensée.
Jadis l'esprit était dieu, puis il s'est fait homme et maintenant il se fait même plèbe.</poem>}}
{{Réf Livre|titre=Ainsi parlait Zarathoustra
|auteur=Friedrich Nietzsche
|éditeur=Le Livre de Poche
|collection=Les Classiques de Poche
|année=1972
|page=55
|partie=I
|chapitre=« Lire et écrire »
|traducteur=Georges-Arthur Goldschmidt
|ISBN=978-2-253-00675-6}}
 
=== Propos d'écrivains critiques ===
=== [[André Gide]], ''Les Caves du Vatican'', 1914 ===
==== [[Roland Barthes]], ''L'empire des signes'',1970 ====
{{Citation|citation=<poem>
— Savez-vous ce qui me gâte l'écriture ? Ce sont les corrections, les ratures, les maquillages qu'on y fait.
— Croyez-vous donc qu'on ne se corrige pas, dans la vie? demanda Julius allumé.
— Vous ne m'entendez pas: Dans la vie, on se corrige, à ce qu'on dit, on s'améliore ; on ne peut corriger ce qu'on a fait. C'est ce droit de retouche qui fait de l'écriture une chose si grise et si... (il n'acheva pas). Oui ; c'est là ce qui me paraît si beau dans la vie ; c'est qu'il faut peindre dans le frais. La rature y est défendue.
</poem>}}
{{Réf Livre
|référence=Les Caves du Vatican/Gallimard-Folio
|page=79}}
 
=== [[Marcel Proust]], ''Le temps retrouvé'', 1927 ===
{{citation|citation=Le devoir et la tâche d'un écrivain sont ceux d'un traducteur.}}
{{Réf Livre|titre=Le temps retrouvé
|auteur=Marcel Proust
|éditeur=Pléiade
|année=1957
|page=895
|tome=III}}
 
=== [[Roland Barthes]], ''L'empire des signes'',1970 ===
{{citation|L'écriture est précisément cet acte qui unit dans le même travail ce qui ne pourrait être saisi ensemble dans le seul espace plat de la représentation.}}
{{réf Livre|titre=L'empire des signes|auteur=Roland Barthes|année=1980|éditeur=Flammarion|page=22|année d'origine=1970|collection=Champs}}
|auteur=Roland Barthes
|année=1980
|éditeur=Flammarion
|page=22
|année d'origine=1970
|collection=Champs}}
 
{{citation|([...)] le trait excluant ici la rature ou la reprise (puisque le caractère est tracé alla prima), aucune invention de la gomme ou de ses substituts (la gomme, objet emblématique du signifié que l'on voudrait bien effacer ou dont, tout au moins, on voudrait bien alléger, amincir la plénitude ; mais en face de chez nous, du côté de l'Orient, pourquoi des gommes, puisque le miroir est vide ?).}}
{{réf Livre|titre=L'empire des signes|auteur=Roland Barthes|année=1980|éditeur=Flammarion|page=116|année d'origine=1970|collection=Champs}}
|auteur=Roland Barthes
|année=1980
|éditeur=Flammarion
|page=116
|année d'origine=1970
|collection=Champs}}
 
==== Nicolas[[Michel SchöfferLeiris]], ''LaLangage Théorietangage desou miroirsCe que les mots me disent'', 19811985 ====
{{citation|Écrire, c'est se révéler, ou encore révéler les images renvoyées par nos propres miroirs découvrant à la fois nos trésors cachés {{- -|c'est-à-dire nous-même}} et les reflets de notre environnement tels que nous les captons.}}
{{Réf Livre|titre=La Théorie des miroirs
|auteur=Nicolas Schöffer
|éditeur=Belfond
|année=1982
|ISBN=2-7144-1466-4
|page=123}}
 
=== [[Michel Leiris]], ''Langage tangage ou Ce que les mots me disent'', 1985 ===
{{Citation|citation=''La Règle du jeu'' : dont les quatres tomes, si longs à rédiger que leur établissement m'occupa depuis les approches de l'âge mûr jusqu'à un point déjà avancé de ma vieillesse, illustrent à merveille cette ironie : avoir prétendu écrire pour arriver à mieux vivre et n'avoir au bout du compte mené à peu près rien d'autre qu'une vie d'écrivain.}}
{{Réf Livre|référence=Langage tangage/Gallimard-L'Imaginaire|page=139|cacher titre|cacher auteur|cacher année|cacher isbn}}
{{Réf Livre
|référence=Langage tangage/Gallimard-L'Imaginaire
|page=139
|cacher titre
|cacher auteur
|cacher année
|cacher isbn}}
 
{{Citation|citation=Pas de plaisir d'écrire si, sachant d'avance ce que l'on a à dire et n'ayant pas à inventer la manière de le dire, on procède à coup sûr.}}
{{Réf Livre|référence=Langage tangage/Gallimard-L'Imaginaire|page=141|cacher titre|cacher auteur|cacher année|cacher isbn}}
{{Réf Livre
|référence=Langage tangage/Gallimard-L'Imaginaire
|page=141
|cacher titre
|cacher auteur
|cacher année
|cacher isbn}}
 
=== Propos de romanciers ===
=== [[Fred Vargas]], ''L'Homme aux cercles bleus'', 1991 ===
==== [[Orhan Pamuk]], Discours de réception du [[:Catégorie:Lauréat du Prix Nobel de littérature|prix Nobel de littérature]], 2006 ====
{{citation|Pour quoi faire, écrire ? Pour séduire ? C'est ça ? Pour séduire les inconnus, comme si les connus ne te suffisaient pas ? Pour t'imaginer rassembler la quintessence du monde en quelques pages ? Quelle quintessence à la fin ? Quelle émotion du monde ? Quoi dire ? Même l'histoire de la vieille musaraigne n'est pas intéressante à dire. Écrire, c'est rater.}}
{{citation|citation=Pour moi, être écrivain, c'est découvrir patiemment, au fil des années, la seconde personne, cachée, qui vit en nous, et un monde qui sécrète notre seconde vie : l'écriture m'évoque en premier lieu, non pas les romans, la poésie, la tradition littéraire, mais l'homme qui, enfermé dans une chambre, se replie sur lui-même, seul avec les mots, et jette, ce faisant, les fondations d'un nouveau monde.}}
{{Réf Livre
{{Réf Pub|nom=Orhan Pamuk|date=7 décembre 2006|lieu=à Stockholm|source=[http://abonnes.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/ARCHIVES/archives.cgi?ID=9d3f46c449d5b7dc248139280d9469c64326665fe62c6805 Le Monde]|parution=}}
|titre={{w|L'Homme aux cercles bleus}}
|auteur=Fred Vargas
|éditeur=J’ai Lu
|année=2002
|page=199}}
 
==== [[PaulJ. AusterM. G. Le Clézio]], ''Leviathan''Interview, 19932011 ====
{{citation|A la question « Pourquoi écrivez vous ? », la plus belle réponse à mes yeux est celle que fit Pa Kin : « Parce que la belle vie est trop courte. » J'avais trouvé cela merveilleux, car écrire, c'est vivre d'autres vies, ajouter des vies à la belle vie, qui n'est plus si courte que ça...}}
{{citation|J'ai toujours été un bûcheur, un type qui s'angoisse et se débat à chaque phrase, et même les meilleurs jours je ne fais que me traîner, ramper à plate perdu dans le désert. Le moindre mot est pour moi entouré d'arpents de silence et lorsque j'ai enfin réussi à le tracer sur la page, il a l'air de se trouver là comme un mirage, une particule de doute scintillant dans le sable. [...]. Un mur me sépare de mes propres pensées, je me sens coincé dans un no man's land entre sentiment et articulation, […]. Pour moi [les choses et les mots] ne cessent de se séparer, de voler en éclats dans toutes les directions. Je passe presque tout mon temps à ramasser les fragments et à les recoller ensemble.
{{réf Article|titre=Le Clézio : « Je suis un indigné de l'Afrique » |auteur=Interview par Valérie Marin la Meslée|publication=Le Point|numéro=2041|date=27 Octobre 2011|page=101|ISSN=}}
|précisions=Dans la bouche du narrateur, en contraste avec ce qu'il pense (en bien) d'un ami lui aussi écrivain.}}
{{Réf Livre
|titre= Leviathan
|auteur= Paul Auster
|éditeur= Le livre de Poche
|année= 1993
|page= 73
|traducteur= Christine Le Boeuf}}
 
== Citations philosophiques ==
=== Albert Bensoussan, ''Confessions d'un traître'', 1995 ===
=== [[Voltaire]], ''Dictionnaire philosophique'', 1764 ===
{{Citation|<poem>
{{Citation|citation=L'écriture est la peinture de la voix.|précisions=(Voir la parenté de cette citation avec celle de Brébeuf).}}
La parole est nomade, aérienne, supérieure, l'écriture la fige, la ramène à terre, l'emprisonne. Ainsi cette historiette arabe :
{{réf Livre|auteur=Voltaire|titre=Œuvres complètes|éditeur=Elibron Classics|année=2004|tome=26|titre de la contribution=Dictionnaire philosophique|année de la contribution=1764|section=article « Orthographe »|page=109}}
Qu'est-ce que la parole ? Demande l'un
{{Choisie citation du jour|puce=*|année=2008|mois=décembre|jour=6|commentaire=|}}
Un vent qui passe, dit le sage
Et qui peut l'enchaîner ? Interroge l'autre
L'écriture
</poem>}}
{{Réf Livre
|titre=Confessions d'un traître
|auteur=Albert Bensoussan
|éditeur=Presses Universitaires de Rennes
|année=1995
|page=107}}
 
=== [[Orhan Pamuk]], Discours de réception du [[:Catégorie:Lauréat du Prix Nobel de littérature|prix Nobel de littérature]], 2006 ===
{{citation|citation=Pour moi, être écrivain, c'est découvrir patiemment, au fil des années, la seconde personne, cachée, qui vit en nous, et un monde qui sécrète notre seconde vie : l'écriture m'évoque en premier lieu, non pas les romans, la poésie, la tradition littéraire, mais l'homme qui, enfermé dans une chambre, se replie sur lui-même, seul avec les mots, et jette, ce faisant, les fondations d'un nouveau monde.}}
{{Réf Pub
|nom=Orhan Pamuk
|date=7 décembre 2006
|lieu=à Stockholm
|source=[http://abonnes.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/ARCHIVES/archives.cgi?ID=9d3f46c449d5b7dc248139280d9469c64326665fe62c6805 Le Monde]
|parution=}}
 
=== [[Friedrich Nietzsche]], ''[[w:Ainsi parlait Zarathoustra|Ainsi parlait Zarathoustra]]'', 1885 ===
=== Clara et Robert Kuperberg, Emission, 2006 ===
{{citation|citation=<poem>De tout ce qui est écrit, je ne lis que ce que quelqu'un écrit avec son sang. Ecris avec ton sang : et tu verras que le sang est esprit.
{{Citation|citation=La morale en écriture n'est que l'esquisse de nos propres actes immoraux.}}
Il n'est guère facile de comprendre le sang d'autrui : je hais les oisifs qui lisent [...].
{{Réf Émission
Que tout un chacun ait le droit d'apprendre à lire, voilà qui à la longue va gâter non seulement l'écriture mais aussi la pensée.
|auteur=Clara et Robert Kuperberg
Jadis l'esprit était dieu, puis il s'est fait homme et maintenant il se fait même plèbe.</poem>}}
|émission=American Dog
{{Réf Livre|titre=Ainsi parlait Zarathoustra|auteur=[[Friedrich Nietzsche]]|éditeur=Le Livre de Poche|collection=Les Classiques de Poche|année=1972|page=55|partie=I|chapitre=« Lire et écrire »|traducteur=Georges-Arthur Goldschmidt|ISBN=978-2-253-00675-6}}
|diffuseur=Arte
 
|date=16 novembre 2006}}
== Propos de moralistes ==
=== [[Joseph Joubert]], ''Pensées'' ===
{{citation|Quand on écrit avec facilité, on croit toujours avoir plus de talent qu’on n’en a. Pour bien écrire, il faut une facilité naturelle et une difficulté acquise.}}
{{Réf Livre|titre=Pensées|auteur=Joseph Joubert|éditeur=Librairie Vve Le Normant|année=1850|page=100|année d'origine=~1780-1824|tome=2|s=Pensées}}
 
{{citation|Quand un ouvrage sent la lime, c’est qu’il n’est pas assez poli ; s’il sent l’huile, c’est qu’on a trop peu veillé.}}
{{Réf Livre|titre= Pensées|auteur= Joseph Joubert|éditeur= Librairie Vve Le Normant|année= 1850|page= 101|année d'origine=~1780-1824|tome=2|s=Pensées}}
 
== Propos de théoriciens de l'art ==
=== Nicolas Schöffer, ''La Théorie des miroirs'', 1981 ===
{{citation|Écrire, c'est se révéler, ou encore révéler les images renvoyées par nos propres miroirs découvrant à la fois nos trésors cachés {{- -|c'est-à-dire nous-même}} et les reflets de notre environnement tels que nous les captons.}}
{{Réf Livre|titre=La Théorie des miroirs|auteur=Nicolas Schöffer|éditeur=Belfond|année=1982|ISBN=2-7144-1466-4|page=123}}
 
=== [[J. M. G. Le Clézio]], Interview, 2011 ===
{{citation|A la question "Pourquoi écrivez vous?", la plus belle réponse à mes yeux est celle que fit Pa Kin:"Parce que la belle vie est trop courte." J'avais trouvé cela merveilleux, car écrire, c'est vivre d'autres vies, ajouter des vies à la belle vie, qui n'est plus si courte que ça...}}
{{réf Article
|titre=Le Clézio:"Je suis un indigné de l'Afrique"
|auteur=Interview par Valérie Marin la Meslée
|publication=Le Point
|numéro=2041
|date=27 Octobre 2011
|page=101
|ISSN=}}
 
{{interprojet|w=Écriture}}
30 159

modifications