Différences entre versions de « Charles Robert Maturin »

aucun résumé de modification
(cat + lien)
— Je pars vainqueur et pour vaincre, répondit Melmoth avec un triomphe sauvage et féroce. Malheureux ! Ce sont vos vices, vos passions et vos faiblesses qui font de vous mes victimes. Jetez sur vous le blâme et non sur moi. Héroïques dans le crime mais lâches dans le désespoir, vous vous mettriez à genoux à mes pieds pour que vous soit conférée la terrible immunité qui me permet en cet instant de traverser vos rangs : chaque cœur humain m'accompagne de sa malédiction, pourtant nulle main n'ose me toucher !</poem>}}
{{Réf Livre|titre=Melmoth — L'homme errant|auteur=Charles Robert Maturin|traducteur=Jacqueline Marc-Chadourne|éditeur=Phébus|collection=''Libretto''|année=1996|année d'origine=1820|page=591|section=Histoire des amants|ISBN=978-2-85-940553-3}}
 
== D'autres auteurs le concernant ==
=== [[Charles Baudelaire]], ''Curiosités esthétiques'', 1868 ===
{{citation|citation=[...] s'avançant peu à peu vers les pics nébuleux de l'intelligence, ou se penchant sur les fournaises ténébreuses de la métaphysique, les nations se mettent à rire diaboliquement du rire de Melmoth : et, enfin, que si dans ces mêmes nations ultra-civilisées, une intelligence, poussée par une ambition supérieure, veut franchir les limites de l'orgueil mondain et s'élancer hardiment vers la poésie pure, dans cette poésie, limpide et profonde comme la nature, le rire fera défaut comme dans l'âme du Sage.|précisions=Cette citation provient de la section « De l'Essence du Rire » des ''Curiosités esthétiques'' de [[Charles Baudelaire]] (1868).}}
{{Réf Livre|titre=Melmoth — L'homme errant|auteur=Charles Robert Maturin|traducteur=Jacqueline Marc-Chadourne|éditeur=Phébus|collection=''Libretto''|année=1996|année d'origine=1820|page=236|section=Melmoth vu par Baudelaire|ISBN=978-2-85-940553-3}}
 
{{Interprojet|w}}
30 159

modifications