« Cruauté » : différence entre les versions

161 octets ajoutés ,  il y a 10 ans
m
Réorganisation, datation
m (cat + précise)
m (Réorganisation, datation)
La '''{{w|cruauté}}''' est le plaisir que l'on éprouve à faire [[wikt:souffrir|souffrir]] ou à voir souffrir.
 
== Citations littéraires ==
== [[François de La Rochefoucauld]], ''Maximes et Réflexions'' ==
=== La cruauté dans les romans ===
 
==== [[André Gide]], ''Les Faux-monnayeurs'', 1625 ====
{{citation|La férocité naturelle fait moins de cruels que l'amour-propre.}}
{{Réf Livre|titre= Maximes et Réflexions, suivies des œuvres mêlées de Saint Evremond
|auteur= François de La Rochefoucauld
|éditeur= Les Grands Classiques Illustrés
|année= ~1935?
|page= 104
}}
 
== [[André Gide]], ''Les Faux-monnayeurs'' ==
 
{{citation|La cruauté, c'est le premier des attributs de Dieu.}}
{{réf Livre|titre=Les Faux-monnayeurs|auteur=[[André Gide]]|éditeur=Gallimard|année=1925|partie=III (« Paris »)|chapitre=18|page=378|ISBN=2070400824}}
 
=== Propos d'écrivains critiques ===
==== [[Philippe Djian]], ''Lent dehors'', 2001 ====
{{citation|Certaines avaient de belles paires de fesses, de jolies poitrines. Elles avaient des cris clairs, des dents blanches, des poses étudiées. Les garçons les observaient comme du bétail et souriaient aux obscénités qu'ils échangeaient. Ils avaient des yeux vifs, des dents blanches, des manières brutales. Ce qu'ils partageaient, les uns et les autres, ce qu'évoquait leur visage, était la cruauté et l'ennui.}}
{{Réf Livre|titre=Lent dehors|auteur=[[Philippe Djian]]|éditeur=Folio|année=1993|page=192|année d'origine=1991}}
 
== Propos de moralistes ==
{{citation|
=== [[François de La Rochefoucauld]], ''Maximes et Réflexions'', 1664 ===
Certaines avaient de belles paires de fesses, de jolies poitrines. Elles avaient des cris clairs, des dents blanches, des poses étudiées. Les garçons les observaient comme du bétail et souriaient aux obscénités qu'ils échangeaient. Ils avaient des yeux vifs, des dents blanches, des manières brutales. Ce qu'ils partageaient, les uns et les autres, ce qu'évoquait leur visage, était la cruauté et l'ennui.
{{citation|La férocité naturelle fait moins de cruels que l'amour-propre.}}
}}
{{Réf Livre|titre= Maximes et Réflexions, suivies des œuvres mêlées de Saint Evremond|auteur= [[François de La Rochefoucauld]]|éditeur=Les Grands Classiques Illustrés|année=~1935?|page=104}}
{{Réf Livre
|titre= Lent dehors
|auteur= Philippe Djian
|éditeur= Folio
|année= 1993
|page= 192
|année d'origine=1991
}}
 
{{interprojet|wikt=cruauté|w=Cruauté}}
30 159

modifications