« Cruauté » : différence entre les versions

53 octets enlevés ,  il y a 10 ans
aucun résumé des modifications
m (Réorganisation, datation)
Aucun résumé des modifications
La '''{{w|cruauté}}''' est le plaisir que l'on éprouve à faire [[wikt:souffrir|souffrir]] ou à voir souffrir.
 
== Citations littérairesLittérature ==
=== La cruauté dans les romansCritique ===
==== [[André Gide]], ''Les Faux-monnayeurs'', 1625 ====
{{citation|La cruauté, c'est le premier des attributs de Dieu.}}
{{réf Livre|titre=Les Faux-monnayeurs|auteur=[[André Gide]]|éditeur=Gallimard|année=1925|partie=III (« Paris »)|chapitre=18|page=378|ISBN=2070400824}}
 
=== Propos d'écrivains critiques ===
==== [[Philippe Djian]], ''Lent dehors'', 2001 ====
{{citation|Certaines avaient de belles paires de fesses, de jolies poitrines. Elles avaient des cris clairs, des dents blanches, des poses étudiées. Les garçons les observaient comme du bétail et souriaient aux obscénités qu'ils échangeaient. Ils avaient des yeux vifs, des dents blanches, des manières brutales. Ce qu'ils partageaient, les uns et les autres, ce qu'évoquait leur visage, était la cruauté et l'ennui.}}
{{Réf Livre|titre=Lent dehors|auteur=[[Philippe Djian]]|éditeur=Folio|année=1993|page=192|année d'origine=1991}}
 
=== Roman ===
==== [[André Gide]], ''Les Faux-monnayeurs'', 1625 ====
{{citation|La cruauté, c'est le premier des attributs de Dieu.}}
{{réf Livre|titre=Les Faux-monnayeurs|auteur=[[André Gide]]|éditeur=Gallimard|année=1925|partie=III (« Paris »)|chapitre=18|page=378|ISBN=2070400824}}
 
== Propos de moralistes ==
30 159

modifications