Différences entre les versions de « Conscience »

2 289 octets ajoutés ,  il y a 9 ans
{{citation|citation=Quiconque y réfléchit se fera une idée approximative de la manière dont se déroule la métamorphose de la personnalité. Du fait de sa participation active, le sujet se mêle aux processus inconscients et il en devient détenteur en se laissant pénétrer et saisir par eux. Ainsi, il relie en lui les plans conscients et les plans inconscients. Le résultat en est un mouvement ascensionnel dans la flamme, la métamorphose dans la chaleur alchimique et la naissance de l'« esprit subtil ».}}
{{Réf Livre|titre=Dialectique du Moi et de l'inconscient|auteur=[[Carl Gustav Jung]]|traducteur=Docteur Roland Cahen|éditeur=Gallimard|collection=Folio Essais|année=1964|année d'origine=1933|partie=II. L'Individuation|chapitre=III. Les techniques de la différenciation entre le Moi et les figures de l'inconscient|page=225|ISBN=2-07-032372-2}}
 
=== Ysé Tardan-Masquelier, ''Jung et la question du sacré'', 1992 ===
{{citation|citation=L'évolution des rapports entre conscience et inconscient personnel progresse au profit de la conscience : « Plus on prend conscience de soi-même, grâce à la connaissance que l'on en acquiert petit à petit, et grâce aux rectifications de comportement qui en découlent, plus s'amincit et disparaît la couche de l'inconscient personnel déposé, tel un limon, sur l'inconscient collectif. En suivant pas à pas cette évolution, se crée petit à petit un conscient qui n'est plus emprisonné dans le monde mesquin, étroitement personnel et susceptible du moi, mais qui participe de plus en plus au vaste monde des choses. Ce conscient élargi se distanciera peu à peu de cet écheveau égoïste et ombrageux de souhaits personnels, d'apréhensions, d'espoirs et d'ambitions, toutes tendances qui devraient trouver dans l'être des compensations ou même des rectifications, grâce aux tendances personnelles, opposées et inconscientes. Ce conscient renouvelé deviendra un foyer relationnel, une fonction jetant une passerelle vers l'objet et le monde des choses, qui impliquera et intégrera l'individu dans une communauté indissoluble avec le monde, communauté où l'être se sent engagé et responsable. »|précisions=Ysé Tardan-Masquelier reprend ici les propos de Christine Maillard (''Du Plérôme à l'Etoile : Les sept sermons aux morts de C.G.Jung'', 1993).}}
{{Réf Livre|titre=Jung et la question du sacré|auteur=Ysé Tardan-Masquelier|éditeur=Albin Michel|collection=Spiritualités vivantes|année=1998|année d'origine=1992|page=54|chapitre=II. Le monde de l'âme|section=L'inconscient personnel|ISBN=2-226-09581-0}}
 
{{citation|citation=Un symbole meurt lorsque la coopération du conscient et de l'inconscient bascule vers l'un des pôles : si la conscience réfléchie prévaut, il devient une réalité rationnelle entièrement explicable ; si l'inconscient prédomine, il dégénère en symptôme psychotique.}}
{{Réf Livre|titre=Jung et la question du sacré|auteur=Ysé Tardan-Masquelier|éditeur=Albin Michel|collection=Spiritualités vivantes|année=1998|année d'origine=1992|page=130|chapitre=IV. L'épreuve du sens|section=Symbole|ISBN=2-226-09581-0}}
 
== Philosophie ==
30 159

modifications