Différences entre versions de « Charles Robert Maturin »

aucun résumé de modification
— Je pars vainqueur et pour vaincre, répondit Melmoth avec un triomphe sauvage et féroce. Malheureux ! Ce sont vos vices, vos passions et vos faiblesses qui font de vous mes victimes. Jetez sur vous le blâme et non sur moi. Héroïques dans le crime mais lâches dans le désespoir, vous vous mettriez à genoux à mes pieds pour que vous soit conférée la terrible immunité qui me permet en cet instant de traverser vos rangs : chaque cœur humain m'accompagne de sa malédiction, pourtant nulle main n'ose me toucher !</poem>}}
{{Réf Livre|titre=Melmoth — L'homme errant|auteur=Charles Robert Maturin|traducteur=Jacqueline Marc-Chadourne|éditeur=Phébus|collection=''Libretto''|année=1996|année d'origine=1820|page=591|section=Histoire des amants|ISBN=978-2-85-940553-3}}
 
== Propos rapportés de Charles Robert Maturin ==
{{citation|citation=Toutes les couleurs disparaissent dans la nuit, et le désespoir ne tient pas de journal.|précisions=[[Annie Le Brun]] reprend ici les propos de [[Charles Robert Maturin]].}}
{{Réf Livre|titre=Les châteaux de la subversion|auteur=[[Annie Le Brun]]|éditeur=Garnier Frères|collection=Folio Essais|année=1982|année d'origine=|page=84|partie=II|section=|ISBN=2-07-032341-2}}
 
== D'autres auteurs le concernant ==
{{Réf Livre|titre=Melmoth — L'homme errant|auteur=Charles Robert Maturin|traducteur=Jacqueline Marc-Chadourne|éditeur=Phébus|collection=''Libretto''|année=1996|année d'origine=1820|page=236|section=Melmoth vu par Baudelaire|ISBN=978-2-85-940553-3}}
 
=== [[Annie Le Brun]], ''Les châteaux de la subversion'', 1982 ===
{{citation|citation=<poem>Retrouvant et expérimentant partout le pouvoir négateur de son être, Melmoth a l'audace de le découvrir jusque « dans les conditions fondamentales de la vie », comme le dit [[Charles Baudelaire|Baudelaire]]. Alors Melmoth le voyageur va parcourir l'espace et le temps pour aller au-devant de lui-même. L'enjeu du voyage est tel qu'aucun lieu, qu'aucun personnage, qu'aucune époque ne peut arrêter Melmoth dans sa course. Doté du pouvoir surhumain que lui donne l'insupportable conscience de son néant, Melmoth avance solitaire, portant le poids de sa souveraineté comme une arme absolue. Il ne lui importe plus, comme aux scélérats du roman noir, de se rendre maître à travers la possession d'une ou plusieurs personnes, des lieux qu'il traverse. Unique, il ne se mesure qu'à l'univers.
Jamais espace poétique n'avait été conçu plus orgueilleusement : immense boule de ténèbres, capable de rivaliser avec les astres et de participer de leurs révolutions, englobant tous les points de fuite de la pensée humaine, ce serait le seul miroir où celle-ci consentirait enfin à se reconnaître.</poem>}}
{{Réf Livre|titre=Les châteaux de la subversion|auteur=[[Annie Le Brun]]|éditeur=Garnier Frères|collection=Folio Essais|année=1982|année d'origine=|page=270|partie=III|section=Un ''engrenage de néant''|ISBN=2-07-032341-2}}
{{Interprojet|w}}
 
30 159

modifications