« Cruauté » : différence entre les versions

851 octets ajoutés ,  il y a 10 ans
Puis il fit un signe de croix car le patineur venait de s'écraser contre le mur du restaurant, à l'extrémité opposée de la piste, et restait collé là, comme une méduse de papier mâché écartelée par un enfant cruel.</poem>}}
{{Réf Livre|titre=L'écume des jours|auteur=[[Boris Vian]]|éditeur=Pauvert|année=1963|année d'origine=1947|page=27|section=III.|ISBN=2-7202-1311-02}}
 
==== [[Dominique Fernandez]], ''Porporino et les mystères de Naples, 1974 ====
{{citation|citation=Roi Charles avait déclaré : « Je ne veux de chapons que sur ma table. » Ce jeu de mots, de nous parfaitement compris, nous enchantait. Nous tirions une sorte d'âcre plaisir à nous traiter nous-mêmes de chapons. L'esprit castrat, c'était la quintessence de l'esprit napolitain : conscience de sa propre bouffonnerie, autodérision, orgueil de cette conscience, refus de se laisser duper. Nous aurions baisé les genoux de ce monarque à l'ironie si cruelle.}}{{Réf Livre|titre=Porporino ou les mystères de Naples|auteur=[[Dominique Fernandez]]|éditeur=Grasset|collection=Les Cahiers Rouges|année=1974|année d'origine=1974|page=131|section=Une cour blanche, un palmier|partie=II « Les pauvres de Jésus-Christ »|ISBN=978-2-246-01243-6}}
 
==== Pierre Turgeon, ''Faire sa mort comme faire l’amour'', 1981 ====
30 159

modifications