Différences entre versions de « Rire »

1 070 octets supprimés ,  il y a 8 ans
{{citation|citation=Je ris, tu ris, il rit, nous rions aux larmes en élevant le ver que les ouvriers veulent tuer. On a le calembour aux lèvres et des chansons étroites.|précisions=Cette citation provient d'une revue dirigée par [[André Breton]].}}
{{Réf Article|titre=''[[Les Champs Magnétiques]]'' partie I La Glace sans tain|auteur=[[André Breton]]/[[Philippe Soupault]]|publication=Littérature|numéro=8|date=Octobre 1919|page=9}}
 
==== [[André Breton]], ''Poisson soluble'', 1924 ====
{{Citation|citation=La jeune Irlandaise troublée par les jérémiades du vent d'est écoutait dans son sein rire les oiseaux de mer.}}
{{Réf Livre|titre=Poisson soluble|auteur=[[André Breton]]|éditeur=Gallimard|collection=Poésie|année=1996|année d'origine=1924|page=27|partie=1|ISBN=2-07-032917-8}}
 
{{Citation|citation=Servantes de la faiblesse, servantes du bonheur, les femmes abusent de la lumière dans un éclat de rire.}}
{{Réf Livre|titre=Poisson soluble|auteur=[[André Breton]]|éditeur=Gallimard|collection=Poésie|année=1996|année d'origine=1924|page=32|partie=1|ISBN=2-07-032917-8}}
 
{{Citation|citation=Mes gants jaunes à baguettes noires tombent sur une plaine dominée par un clocher fragile. Je croise alors les bras et je guette. Je guette les rires qui sortent de la terre et fleurissent aussitôt, ombelles.}}
{{Réf Livre|titre=Poisson soluble|auteur=[[André Breton]]|éditeur=Gallimard|collection=Poésie|année=1996|année d'origine=1924|page=38|partie=4|ISBN=2-07-032917-8}}
 
==== [[Paul Eluard]] , ''Capitale de la douleur'', 1926 ====
2 191

modifications