Différences entre versions de « Jean-Jacques Rousseau »

1 215 octets supprimés ,  il y a 6 ans
m
m (→‎Les Confessions, 1765-1770 : màj page de référence)
}}
 
{{Citation|citation=On peut briller par la parure, mais on ne plaît que par la personne.}}
{{Citation|citation=Mais du moment qu’ils préfèrent une étoffe parce qu’elle est riche, leurs cœurs sont déjà livrés au luxe, à toutes les fantaisies de l’opinion ; et ce goût ne leur est sûrement pas venu d’eux-mêmes. On ne saurait dire combien le choix des vêtements et les motifs de ce choix influent sur l’éducation. Non seulement d’aveugles mères promettent à leurs enfants des parures pour récompenses, on voit même d’insensés gouverneurs menacer leurs élèves d’un habit plus grossier et plus simple, comme d’un châtiment. Si vous n’étudiez mieux, si vous ne conservez mieux vos hardes, on vous habillera comme ce petit paysan. C’est comme s’ils leur disaient : Sachez que l’homme n’est rien que par ses habits, que votre prix est tout dans les vôtres. Faut-il s’étonner que de si sages leçons profitent à la jeunesse, qu’elle n’estime que la parure, et qu’elle ne juge du mérite que sur le seul extérieur ? […] Tant qu’on n’a pas asservi l’enfant à nos préjugés, être à son aise et libre est toujours son premier désir ; le vêtement le plus simple, le plus commode, celui qui l’assujettit le moins, est toujours le plus précieux pour lui. On peut briller par la parure, mais on ne plaît que par la personne.}}
{{Réf Livre
|titre=Émile ou de l’éducation
|éditeur=Garnier-Flammarion
|année=1966
|page=159 et 485
}}
 
275

modifications