Différences entre les versions de « Albert Gelin »

1 573 octets ajoutés ,  il y a 8 ans
m
|année=1949
|page=53-54}}
 
{{citation|citation=La Bible a donné peu d'explication sur l'origine du péché. Si elle esquisse des théories, c'est avec le souci de maintenir à la fois la faiblesse de l'homme et sa liberté dans son option. (...) si des cercles s'intéressaient surtout à l'origine psychologique du péché, fruit d'une inclination (''yéser''), on n'oubliait pas que l'introduction du péché dans le monde était le fait d'Adam. Le vieux récit de la Genèse expliquait l'origine du mal sur la terre, notamment de la mort. (...) Le thème traité dans les apocalypses de Baruch et d'Esdras, au 1{{er}} siècle de notre ère, est toujours celui d'Adam cause de mort. Il n'est jamais question, dans l'Ancien Testament et le judaïsme, de péché hérité d'Adam.}}
{{Réf Livre|titre=Les idées maîtresses de l'Ancien Testament
|auteur=Albert Gelin
|éditeur=Cerf
|année=1949
|page=68-69}}
 
{{citation|citation=... l'homme est comme le lieu d'une lutte, mais s'il y succombe, en péchant « le péché semble venir de plus loin que lui<ref>HUBY, ''Épître aux Romains'', Paris, 1940, p.188.</ref> ». Cette page qui fixe un fait dogmatique a été commentée par le Livre de la Sagesse : « C'est pas l'envie du Diable, y lit-on (2.24), que la mort est entrée dans le monde. ». Le Diable (en hébreu le Satan) est l'adversaire de l'humanité : spécialisé dans une œuvre de perversion, il est l'ennemi de l'homme plus que l'antagoniste de Dieu.}}
{{Réf Livre|titre=Les idées maîtresses de l'Ancien Testament
|auteur=Albert Gelin
|éditeur=Cerf
|année=1949
|page=69-70}}
 
== Notes ==
156

modifications