« Pédophilie » : différence entre les versions

1 917 octets ajoutés ,  il y a 8 ans
aucun résumé de modification
mAucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
 
== Psychanalyse ==
=== Caroline Eliacheff, ''Inceste maternel: l'amour en plus'', 2004 ==
Statistiquement, 90 % des actes pédophiles sont commis par des hommes et 10 % seulement par des femmes. Pourtant, faits divers, publicité, livres à succès débordent d’incestes maternels, au pluriel et sans explication. L’inceste mère-fils est rarement sanctionné et l’inceste mère-fille avec passage à l’acte reste exceptionnel. Or, deux femmes viennent d’être condamnées pour actes pédophiles sur leurs propres enfants et ceux de leurs voisins sans que le caractère exceptionnel de ces faits ait été remarqué. Plus extraordinaire encore : les deux mères, Myriam Delay et Aurélie Grenon agissaient en groupe avec leurs compagnons et tous leurs enfants réunis. A la lecture des comptes rendus d’audition, il est quasi impossible de savoir si c’est un enfant ou une adulte qui parle. Myriam Delay - la principale accusée - ne parle pas comme une enfant trop bavarde, elle est une enfant. Elle n’a ni grandi et ni enfanté : elle a crû et s’est reproduite. Il n’y a aucune différence générationnelle perceptible entre parents et enfants dans ces familles. Rien ne les sépare, mais rien ne paraît non plus les unir. En violant l’interdit de l’inceste après avoir elle-même été violée, Myriam Delay accède à la forme de toute-puissance particulière aux enfants de moins de trois ans, qui justement n’ont pas encore intégré l’interdit de l’inceste. Elle accuse, elle absout, elle dicte capricieusement sa loi sans que rien ne l’arrête. Et dire que la France entière s’interroge sur la crédibilité de la parole des enfants...}}
{{Réf Livre
|titre=[http://www.liberation.fr/tribune/2004/07/26/inceste-maternel-l-amour-en-plus_487485 Inceste maternel: l'amour en plus]
|auteur=Caroline Eliacheff
|éditeur=Libération
|collection=
|année=2004
|année d'origine=
|page=.
|ISBN=}}
=== Sylviane Giampino, ''Adéquations'', 2011 ===
{{citation|citation=On a aussi analysé les difficultés d'intégrer les hommes dans les services à l'enfance en raison des soins du corps et du fantasme de la pédophilie. Or ceci masque un tabou énorme, celui de la pédophilie des femmes et de l'inceste maternel. Plus difficile à identifier en tant que telle parce que le corps à corps mère-enfant (ou nounou-enfant) peut se confondre avec le maternage, la pédophilie féminine a des effets d'autant plus ravageurs qu'elle peut paraître à l'enfant comme valorisée socialement.}}
917

modifications