« Printemps » : différence entre les versions

254 octets supprimés ,  il y a 8 ans
m (mise en forme)
 
==== [[Colette]], ''La Maison de Claudine'', 1922 ====
{{Citation|citation=Il n’est qu’un jeune chat, fruit des amours — et de la mésalliance — de Moune, chatte persane bleue, avec n’importe quel rayé anonyme. Dieu sait si le rayé abonde, dans les jardins d’Auteuil ! Par les jours de printemps précoce, aux heures du jour où la terre, dégelée, fume sous le soleil et embaume, certains massifs, certaines plates-bandes ameublies qui attendent les semis et les repiquages, semblent jonchés de couleuvres : les seigneurs rayés, ivres d’encens végétal, tordent leurs reins, rampent sur le ventre, fouettent de la queue et râpent délicatement sur le sol leur joue droite, leur joue gauche, pour l’imprégner de l’odeur prometteuse de printemps|précisions= Les ainsiseigneurs unerayés femmesont touche, de son doigt mouillé de parfum, ce coin secret, sousdes l’oreille.chats}}
{{Réf Livre|titre=La Maison de Claudine|auteur=[[Colette]]|éditeur=Imprimerie Moderne de Nantes|collection=Super-Bibliothèque|année=1976|année d'origine=1922|page=215|section=Les Deux Chattes|ISBN=2-261-00093-6}}
 
4 431

modifications