« Carl von Clausewitz » : différence entre les versions

Aucun changement de taille ,  il y a 8 ans
|année d'origine=1832
|ISBN=979-10-91815-04-8
|page=808806 (dernière phrase du ''De la guerre'')}}
 
{{citation|Aucun Etat ne doit croire son sort, c'est-à-dire toute son existence, attachée à l'issue d'une seule bataille, fût-elle des plus décisives. Dans le cas d'une défaite, la reproduction de nouvelles forces, ou l'affaiblissement naturel qu'éprouve l'attaque à la longue, peut amener un revirement dans les événements, ou bien il peut arriver des secours extérieurs. Il n'est jamais trop tard pour périr; et de même que celui qui se noie saisit instinctivement jusqu'à un fétu de paille, de même il est dans l'ordre naturel du monde moral qu'une nation épuise jusqu'au dernier moyen de salut, lorsqu'elle se voit lancée au bord de l'abîme.}}
|année d'origine=1832
|ISBN=979-10-91815-04-8
|page=596594}}
 
== Citation rapportée ==
Utilisateur anonyme