Différences entre les versions de « Prison »

893 octets ajoutés ,  il y a 6 ans
Ajout, citation transférée de Ironie
(Page créée avec « ==== Annie Le Brun, ''Les châteaux de la subversion'', 1982 ==== {{citation|citation=[...] le fait que le roman noir devienne le lieu imaginaire où la prison est n... »)
 
(Ajout, citation transférée de Ironie)
==== Philippe Berthier sur ''[[François-René de Chateaubriand|Chateaubriand]]'' ====
{{citation|citation=La métaphore ornithologique s'impose : encagé, l'écrivain envie les moineaux, qui fréquentent même les cours de prison et se posent avec autant d'insouciance sur la guillotine que sur le rosier ; avec une cruelle ironie, il salue les acquis de Juillet : « Comme nous sommes libres maintenant ! comme j'étais libre surtout à ma fenêtre, témoin ce bon gendarme en faction au bas de mon escalier et qui se préparait à me tirer au vol s'il m'eût poussé des ailes ! »|précisions=Il est ici question de [[François-René de Chateaubriand|Chateaubriand]] et de son incarcération.}}
{{Réf Article|titre=Les prisons du poète|auteur=Philippe Berthier|publication=Chateaubriand — Revue Littéraire Europe|numéro=775-776|page=71|date=Novembre-décembre 1993|ISSN=0014-2751}}
 
==== [[Annie Le Brun]], ''Les châteaux de la subversion'', 1982 ====
{{citation|citation=[...] le fait que le roman noir devienne le lieu imaginaire où la prison est niée par l'idée d'un plaisir obscur et souverain, garanti par l'enfermement, prend une valeur révolutionnaire qui déjoue cependant une fois encore tout ancrage historique. Comme si là contre tout espoir, la sensibilité plurielle offrait à chacun de déterminer inconsciemment son espace, au plus loin de la cité et de son ordre, là où l'écume naît indifféremment de la décomposition ou de l'effervescence de la vie.}}
4 431

modifications