Ouvrir le menu principal

Modifications

1 375 octets ajoutés ,  il y a 5 ans
{{citation|L'art réside dans l'invention concertée et systématique de règles nouvelles, et non dans notre soumission à un code ordinaire des passions ou de l'imitation qui a un nom vulgaire « inspiration » et n'excède jamais le degré de subtilité d'une simple signalétique.}}
{{Réf Livre|titre=La Décomposition|auteur= Anne F. Garréta|éditeur=Grasset (Le Livre de Poche)|année=1999|page=23}}
 
==== [[Transwiki:Anne_Calife|Anne Calife]] sous le nom de Anne Colmerauer, ''La déferlante'', 2003 ====
 
{{Citation |Il eût fallu répondre que l’ Art n’est que le plus beau profil du réel. }}
 
{{Réf Livre|titre=La déferlante |auteur= Anne Calife|éditeur=Balland,2003, réedition Menthol House|année=2003|page=58|ISBN=2-7158-1436-4}}
 
{{Citation |Nancy. L’école de Nancy, présente dans chaque pierre. Ah, Nancy ! L’école de Nancy présente dans chaque rue, chaque pierre . Après 1870, l'Alsace-Lorraine était annexée par les Allemands. Nancy seule, dite la Ville blanche résistait. Elle accueillait tous ces Artistes de l’Ecole de Nancy, qui produisaient, produisaient …
Pétales, tiges, racines, sculptés, moulés, forgés, dans la pierre, le verre, le métal. L’Ecole de Nancy : une formidable rébellion de l’Art contre la guerre. Une éclosion de corolles contre l’annexion …
Oh ,ces bulbes, ces rondeurs, tandis que nos soldats ventres ouverts, se vidaient dans les tranchées …
Si la guerre doit avoir une Beauté, peut-être serait-ce cette dure spontanéité, la loyauté de sa violence. Oui, comme cet Art qui avait réussi à reproduire la souplesse végétale dans le roc. }}
 
{{Réf Livre|titre=La déferlante |auteur= Anne Calife|éditeur=Balland,2003, réedition Menthol House|année=2003|page=54|ISBN=2-7158-1436-4}}
 
== Médias ==
Utilisateur anonyme