Différences entre versions de « Anne Calife »

6 octets ajoutés ,  il y a 5 ans
m
FrankyLeRoutier a déplacé la page Vivant vers Anne Calife sans laisser de redirection
m (FrankyLeRoutier a déplacé la page Invisible vers Anne Calife sans laisser de redirection)
m (FrankyLeRoutier a déplacé la page Vivant vers Anne Calife sans laisser de redirection)
Vivant est le participe présent du verbe vivre. Employé comme adjectif, il s'oppose généralement à l'adjectif mort .
L'invisibilité est l'état d'un objet ou d'un organisme vivant qui ne peut être vu, on dit alors qu'il est invisible.
 
==Littérature==
==== [[Transwiki:Anne_Calife|Anne Calife]] sous le nom de Anne Colmerauer, ''La déferlante'', 2003 ====
 
{{Citation |Dans mon dos, je sens la petite main. Je sais que Tom va venir se renverser contre moi, en riant.Ca y est, ses pieds nus labourent mes côtes, il vient s'asseoir sur mes jambes croisées en tailleur.
{{Citation |« Pourtant Régine, il te faudra apprendre à VOIR. Car tout l’invisible de mon travail t’aura échappé … Combien de fois lui avais-je répété que je ne représentais pas l'agonie en elle-même, mais toute la solitude de l’humanité ! Oh, je voudrais tant convaincre les hommes de la brièveté de leur vie ! Les faire réagir !
J’ai l'impression que tout ce que j'ai de vivant, passe au centre, dans ce corps chaud, cet axe doré. Comme si Lucille devenait coque autour du fruit.}}
Moi, toi, nous sommes seuls. Oui, seuls, nous resterons. Isolés dans nos bulles de verre. Complètement. A la naissance, l’oxygène avait pénétré, déchiré nos poumons de nouveau-né. Seuls, seuls à crier, n’est-ce pas ?
Nous avançons dans un tunnel, clair, transparent, durant l’enfance, allant s’opacifiant avec l’âge.
Pour voir autre chose , pour voir ce que l’œil physique ne saurait voir … Pour voir l’Invisible, il faut la casser cette paroi de verre .
Parce qu’après nous mourrons . Encore seuls à voir arriver le mur noir. A se sentir glisser dans le gouffre visqueux . »}}
 
{{Réf Livre|titre=La déferlante |auteur= Anne Calife|éditeur=Balland,2003, réedition Menthol House|année=2003|page=5260|ISBN=2-7158-1436-4}}
 
{{Citation |Ah, les huîtres ! Ne pas ignorer qu’on asperge leurs chairs écartelées d’acide. Et surtout qu’on les mange vivantes.
Sous le citron les entrailles déchirées se rétractent de douleur. Mâche, déchire leurs organes palpitants.
Je crois que je serais capable ce soir de manger du homard vivant. Et du crabe. Et des moules . Tous ces animaux froids, mous, lisses, encore imprégnés de la saumure de l’océan.
Crus .
Vivants.}}
 
{{Réf Livre|titre=La déferlante |auteur= Anne Calife|éditeur=Balland,2003, réedition Menthol House|année=2003|page=84|ISBN=2-7158-1436-4}}
2 598

modifications