« Affaire Dreyfus » : différence entre les versions

1 710 octets ajoutés ,  il y a 7 ans
aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
|année=2011
|page=165
|chapitre=
|section=
}}
 
{{citation
|citation=S’il n’a trouvé personne pour le défendre, alors même qu’il n’était qu’un accusé, faut-il en chercher la cause dans la façon dont on a surexcité, au moment de son procès, cette fièvre obsidionale dont brûlent toutes les nations qui vivent sous le régime de la paix armée ? Cela ne serait pas suffisant pour expliquer l’incroyable acharnement qu’on a montré contre lui. Quelle est donc la raison de cette dernière attitude ? N’ai-je pas dit que le capitaine Dreyfus appartenait à une classe de parias ? Il était soldat, mais il était juif et c’est comme juif surtout qu’il a été poursuivi. C’est parce qu’il était juif qu’on l’a arrêté, c’est parce qu’il était juif qu’on l’a jugé, c’est parce qu’il était juif qu’on l’a condamné, c’est parce qu’il était juif que l’on ne peut faire entendre en sa faveur la voix de la justice et de la vérité, et la responsabilité de la condamnation de cet innocent retombe tout entière sur ceux qui l’ont provoquée par leurs excitations indignes, par leurs mensonges et par leurs calomnies. [...] Il leur a fallu un traître juif propre à remplacer le Judas classique, un traître juif que l’on pût rappeler sans cesse, chaque jour, pour faire retomber son opprobre sur toute une race ; un traître juif dont on pût se servir pour donner une sanction pratique à une longue campagne dont l’affaire Dreyfus a été le dernier acte.
|original=
|langue=fr
|précisions=
}}
{{Réf Livre
|titre=Une erreur judiciaire. L'Affaire Dreyfus
|auteur=[[Bernard Lazare]]
|éditeur=Allia
|année=1993 (réédition de l'édition Stock de 1897)
|page=6-7
|chapitre=
|section=
9

modifications