« Totalitarisme » : différence entre les versions

476 octets ajoutés ,  il y a 7 ans
→‎Citations : Ajout d'une citation de Michéa
(Ajout d'une citation d'Orwell)
(→‎Citations : Ajout d'une citation de Michéa)
Le '''{{w|totalitarisme}}''' est le [[système politique]] des régimes à [[parti unique]], n'admettant aucune opposition organisée, dans lequel l'[[État]] tend à confisquer la totalité des activités de la société. Concept forgé au XXe siècle, durant l'[[entre-deux-guerres]], le totalitarisme signifie étymologiquement « système tendant à la totalité, à l'unité.
 
== Citations[[Eugenio Corti]] ==
=== [[Eugenio Corti]] ===
{{Citation
|citation=En substance, Michele s'était rendu compte que marxisme et nazisme avaient un nombre extraordinairement élevé d'ancêtres communs, qu'ils étaient en somme de la même veine. En effet, tous les deux – en une antithèse désormais presque parfaite avec le christianisme qui est amour – s'expliquaient à travers des mécanismes de haine analogues : mais, tandis que pour le marxisme une classe rédemptrice (le prolétariat) était appelée à renverser et à « réprimer » les autres classes, pour le nazisme il s'agissait au contraire d'une race élue, appelée à dominer et asservir les autres.
 
 
=== Karl Haufen ===
{{citation
|citation=(...) les intérêts de la France et de son peuple se distinguent de ceux de son Etat. Qu'importe que le modèle social soit en faillite si celui-ci permet à l'Etat d'asseoir son autorité et d'assurer sa pérennité! Nous rentrons alors dans une logique systémique caractéristique de tous les totalitarismes marxistes. A ce stade précis, l'Etat devient l'ennemi du peuple. Plus ce dernier se rebelle et se réfugie dans un vote populiste, plus l'Etat met en place des gardes-fous répressifs et verse dans une propagande sans limite. La logique ultime de ce système s'étale sous nos yeux, (...) en Corée du Nord.
}}
 
=== [[Aldous Huxley]] ===
{{citation|citation= Un Etat totalitaire vraiment « efficient » serait celui dans lequel le tout-puissant comité exécutif des chefs politiques et leur armée de directeurs auraient la haute main sur une population d'esclaves qu'il serait inutile de contraindre, parce qu'ils auraient l'amour de leur servitude.
|précisions=Préface Nouvelle de l'auteur de 1946
}}
 
== [[Jean-Claude Michéa]], ''L'Empire du moindre mal'', 2007 ==
=== [[George Orwell]] ===
{{citation|Comme chacun peut le constater, là où les sociétés totalitaires s'en tenaient au principe simpliste, et coûteux en vies humaines, du parti unique, le capitalisme contemporain lui a substitué, avec infiniment plus d'élégance (et d'efficacité), celui de l'''alternance unique''.}}
{{Réf Livre|titre=L'Empire du moindre mal
|auteur=Jean-Claude Michéa
|éditeur=Climats
|année=2007
|page=125
|collection=Sisyphe
}}
 
=== [[EugenioGeorge CortiOrwell]] ===
{{citation|citation=Le commandement des anciens despotismes était : « Tu ne dois pas. » Le commandement des totalitaires était : « Tu dois. » Notre commandement est : « Tu es. »}}
{{Réf Livre