Différences entre les versions de « Slobodan Despot »

m
tri des citations avec création de sections spécifiques
m (tri des citations avec création de sections spécifiques)
'''{{w|Slobodan Despot}}''' est un éditeur et [[écrivain]] [[suisse]] d'origine [[serbo-croate]], né le {{date|24|juillet|1967|}} à {{w|Sremska Mitrovica}} ({{w|Voïvodine}}, ex-Yougoslavie, actuellement [[Serbie]]). Il est le cofondateur et le directeur des éditions Xenia à {{w|Sion (Valais)|Sion}}.
 
== CitationsSur la Yougoslavie ==
{{citation
|citation=Si les maîtres de l'UE avaient cru un seul instant à leurs propres valeurs, ils eussent intégré la Yougoslavie en bloc plutôt que d'en ramasser un à un les éclats tranchants et inutiles. Qu'on se rappelle les noms de MM. Badinter et Kohl, Kouchner et Solana, Juppé et Blair, Wojtyla, Havel et Habsbourg ! Ils auront, par sottise, inculture ou perversion, amené l'Europe une fois de plus à se déchirer et se bombarder elle-même avant de se mettre sous la tutelle du gouvernement mondial.
 
{{citation
|citation=Dans les années 1990, en France (...) toute la classe médiatico-politique était influencée dans sa lecture de la crise yougoslave par un ouvrage omniprésent: ''Vie et mort de la Yougoslavie'' de Paul Garde. Outre que ce livre hâtif contenait un nombre ahurissant d'erreurs historiques que son éditeur, Fayard, eût pu corriger simplement en ouvrant les dictionnaires (...), il était évident pour tout lecteur avisé qu'il constituait un argumentaire à peine grimé de la cause croate, qui bénéficiait alors d'appuis puissants. Étrangement, aucun slaviste, historien ou géopolitologue français n'osa le dénoncer publiquement, de peur sans doute d'être taxé de «  proserbe  ».
|citation=[[Alexandre Zinoviev]] me faisait observer que le totalitarisme était une structure indépendante du contenu qu'on y met, qu'il était passé par diverses ébauches historiques et qu'il constituait l'avenir inéluctable de la société industrielle où la fonction prend le pas sur l'être.
|original=
|langue=français
|numéro=55
|date=juillet-août 2012
|page=1918
}}
 
== Alexandre Zinoviev et le totalitarisme ==
{{citation
|citation=[[Alexandre Zinoviev]] me faisait observer que le totalitarisme était une structure indépendante du contenu qu'on y met, qu'il était passé par diverses ébauches historiques et qu'il constituait l'avenir inéluctable de la société industrielle où la fonction prend le pas sur l'être.
|citation=La mondialisation est inéluctablement liée au développement industriel, mais telle qu'on nous l'impose, elle n'est rien d'autre qu'une régression : la soumission de la vie spirituelle et culturelle de l'humanité aux lois aveugles de la circulation du capital et de la technologie.
|original=
|langue=français
|numéro=55
|date=juillet-août 2012
|page=2019
}}
 
== Sur la mondialisation ==
{{citation
|citation=La mondialisation est inéluctablement liée au développement industriel, mais telle qu'on nous l'impose, elle n'est rien d'autre qu'une régression : la soumission de la vie spirituelle et culturelle de l'humanité aux lois aveugles de la circulation du capital et de la technologie.
|citation=Dans les années 1990, en France (...) toute la classe médiatico-politique était influencée dans sa lecture de la crise yougoslave par un ouvrage omniprésent: ''Vie et mort de la Yougoslavie'' de Paul Garde. Outre que ce livre hâtif contenait un nombre ahurissant d'erreurs historiques que son éditeur, Fayard, eût pu corriger simplement en ouvrant les dictionnaires (...), il était évident pour tout lecteur avisé qu'il constituait un argumentaire à peine grimé de la cause croate, qui bénéficiait alors d'appuis puissants. Étrangement, aucun slaviste, historien ou géopolitologue français n'osa le dénoncer publiquement, de peur sans doute d'être taxé de « proserbe ».
|original=
|langue=français
|numéro=55
|date=juillet-août 2012
|page=1820
}}
 
1 860

modifications