Différences entre versions de « Gilbert Keith Chesterton »

aucun résumé de modification
m (orthographe)
}}
 
== ''Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste'', 1926 ==
[[Fichier:GK Chesterson signature.svg|vignette|gauche|Signature]]
{{citation|La tendance dominante aujourd'hui dans le commerce et les affaires est aux grands consortiums, souvent plus impérialistes, plus anonymes et plus internationaux que les kolkhozes communistes, organisations qui sont du moins collectives sinon collectivistes. C'est bien joli de répéter comme un perroquet : « Où allons-nous avec tout ce bolchevisme ? » Il serait plus pertinent de se demander : « Où allons-nous, même sans le bolchevisme ? » La réponse est simple : nous allons au monopole. Ce n'est certainement pas l'entreprise privée. Le trust américain n'a rien d'une entreprise privée. Le trust n'est ni privé, ni entreprenant. Il n'existe que pour empêcher l'entreprise privée.
}}
{{Réf Livre
|titre=Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste
|auteur=G.K. Chesterton
|éditeur=éditions de l'Homme Nouveau
|année=2010
|année d'origine=1926
|ISBN=978-2-915988-28-4
|page=14
}}
 
{{citation|Quand je dis : « Capitalisme », j'entends communément quelque chose qui peut s'exprimer de la façon suivante : un ensemble de conditions économiques permettant à une classe de capitalistes, facilement reconnaissable et relativement restreinte, entre les mains de laquelle est concentrée une si grande portion du capital que la grande majorité des citoyens se voit contrainte de servir ces capitalistes en échange d'un salaire.
}}
{{Réf Livre
|titre=Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste
|auteur=G.K. Chesterton
|éditeur=éditions de l'Homme Nouveau
|année=2010
|année d'origine=1926
|ISBN=978-2-915988-28-4
|page=15
}}
 
{{citation|Mettons, voulez-bien, un peu de précision dans le flou qui environne ce terme. Le socialisme est un système politique qui rend les gouvernements responsables de tous les processus économiques inhérents à une société, c'est-à-dire de ses nécessités vitales. Si quelque chose d'important est attribué, c'est le gouvernement qui l'a attribué ; si quoi que ce soit d'important est toléré, c'est encore le gouvernement qui en est responsable. Ce système est, comme on le voit, totalement dirigiste ; c'est le contraire même de l'anarchie ; l'autoritarisme en est la vertu capitale. [...] Mais que les socialistes ne nous reprochent pas de leur dire que leur système entraîne une destruction complète de la liberté. [...] Un gouvernement socialiste par nature ne tolère aucune opposition véritable, car dans un système où le gouvernement fournit tout, il serait absurde de lui demander de fournir par-dessus le marché une opposition.
}}
{{Réf Livre
|titre=Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste
|auteur=G.K. Chesterton
|éditeur=éditions de l'Homme Nouveau
|année=2010
|année d'origine=1926
|ISBN=978-2-915988-28-4
|page=19
}}
 
{{citation|La propriété est un point d'honneur. Son contraire est la prostitution, et les hommes ne seront pas toujours prêts à vendre leur honneur, qu'il s'agisse de leur corps ou de leurs biens. Ceux qui le font deviennent toujours des hors-la-loi. Mais la majorité résiste, et quiconque le nie est ignorant, non pas tant de nos plans et de nos propositions, ni du distributisme ou de la division du capital par tel ou tel processus, que de l'histoire et de la nature humaine. C'est un barbare qui n'a jamais vu l'arche.
}}
{{Réf Livre
|titre=Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste
|auteur=G.K. Chesterton
|éditeur=éditions de l'Homme Nouveau
|année=2010
|année d'origine=1926
|ISBN=978-2-915988-28-4
|page=28
}}
 
{{citation|Si nous continuons sur la voie sans issue sur laquelle nous nous sommes engagés, nous verrons rapidement disparaître tout espèce de propriété, engloutie qu'elle sera par un système impersonnel et inhumain, que nous l’appelions capitalisme ou communisme. Si nous ne pouvons pas revenir en arrière, cela ne vaut guère la peine d'aller de l'avant. Car il n'y a rien d'autre devant nous que le désert aride de la standardisation soit par le bolchevisme soit par le grand commerce. Comment est-il possible que certains d'entre-nous jouissent encore de leur bon sens, fût-ce à l'état d'embryon ou de vision, alors que le reste serait condamné à un progrès sans espoir et à une croissance sans liberté ?
}}
{{Réf Livre
|titre=Plaidoyer pour une propriété anticapitaliste
|auteur=G.K. Chesterton
|éditeur=éditions de l'Homme Nouveau
|année=2010
|année d'origine=1926
|ISBN=978-2-915988-28-4
|page=29
}}
 
[[Fichier:GK Chesterson signature.svg|vignette|gauche|Signature]]
 
{{autres projets