Différences entre versions de « Andreï Makine »

2 544 octets ajoutés ,  il y a 4 ans
Ajout de citations de Makine
m
(Ajout de citations de Makine)
[[Fichier:Andrei Makine.jpg|vignette|Andreï Makine]]
'''[[w:Andreï Makine|Andreï Makine]]''', né le 10 septembre 1957 à [[w:Krasnoïarsk|Krasnoïarsk]], en Sibérie, est un écrivain d'origine russe et de langue française. Il a également publié des romans sous le pseudonyme de Gabriel Osmonde.
 
== ''Confession d'un porte-drapeau déchu'', 1992 ==
{{Citation
|citation=À l'une des fenêtres du deuxième étage apparaissait un visage anguleux. Ma mère. Elle regardait un moment dans la cour en plissant les yeux sous les rayons orange du couchant. Puis elle appelait : <br />
– Iacha ! <br />
D'un banc, derrière les touffes humides des dahlias, un homme se levait, marquait la page dans son livre avec une brindille et se dirigeait vers l'entrée. Son crâne, absolument chauve et d'une pâleur incroyable, semblait transparent. Seuls quelques cheveux argentés frisaient au bas de sa nuque. En passant près de nous il nous lançait avec une douceur rieuse mais ferme : <br />
– Allez donc vous laver, pionniers !
}}
{{Réf Livre
|titre=Confession d'un porte-drapeau déchu
|auteur=Andreï Makine
|éditeur=Belfond
|année=1992
|page=11
|ISBN=2-7144-3419-3
}}
 
== ''La fille d'un héros de l'Union soviétique'', 1990 ==
{{Citation
|citation=Comme tout est fragile et étrange ici-bas... <br />
C'est ainsi que sa vie n'avait tenu qu'à cet éclat de miroir terni et aux doigts bleuis par le froid d'une ambulancière mince comme une adolescente. Il était couché dans ce champ printanier labouré par les chars, au milieu de centaines de capotes figées pendant la nuit en un monceau glacé. À gauche, d'un noir cratère, des poutres brisées hérissaient leurs pointes déchiquetées. Tout près, les roues enfoncées dans une tranchée à demi éboulée, un canon antichar se cabrait vers le ciel.
|précisions=Incipit
}}
{{Réf Livre
|titre=La fille d'un héros de l'Union soviétique
|auteur=Andreï Makine
|éditeur=Robert Laffont
|année=1990
|page=11
|ISBN=2-221-08265-6
}}
 
{{Citation
|citation=Alors Tatania, les mains humides et insensibles, chercha à la hâte dans sa poche un petit éclat de miroir, l'essuya avec un morceau de charpie et le porta aux lèvres du soldat. Dans cet éclat passa le bleu du ciel, un arbuste miraculeusement préservé et couvert de cristaux. Une matinée de printemps éclatante. Le quartz scintillant du givre, la glace fragile, le vide ensoleillé et sonore de l'air. <br />
Soudain, tout cet espace glacé s'adoucit, se réchauffa, se voila d'une petite ombre de brume. Tatiana sauta sur ses jambes et brandissant l'éclat d'où s'effaçait rapidement la buée légère du souffle, cria : <br />
– Mania, il respire !
}}
{{Réf Livre
|titre=La fille d'un héros de l'Union soviétique
|auteur=Andreï Makine
|éditeur=Robert Laffont
|année=1990
|page=13
|ISBN=2-221-08265-6
}}
 
== ''Le testament français'', 1995==