« Fatalité » : différence entre les versions

1 007 octets enlevés ,  il y a 6 ans
→‎Psychanalyse : suppression de la section : citation HS
m (maintenance)
(→‎Psychanalyse : suppression de la section : citation HS)
{{citation|citation=J'aime celui qui ne veux pas avoir trop de vertu. Une vertu est davantage vertu que deux, parce qu'elle est davantage noeud auquel se pend la fatalité.}}
{{Réf Livre|titre=Ainsi parlait Zarathoustra|auteur=[[Friedrich Nietzsche]]|éditeur=Le Livre de Poche|collection=Les Classiques de Poche|année=1972|page=24|partie=I|chapitre=« Prologue de Zarathoustra »|section=4|traducteur=Georges-Arthur Goldschmidt|ISBN=978-2-253-00675-6}}
 
== Psychanalyse ==
=== [[Alberto Eiguer]], ''Le Pervers narcissique et son complice'', 1989 ===
''' Applications à la psychopathologie '''
{{citation|citation=Abraham pense [...] qu'un des signes évolutifs et inévitables de la cure est l'apparition de symptômes nouveaux. Le patient présente alors des réactions névrotiques sans perte de contact avec l'entourage. L'auteur confirme une espèce ''de double fatalité à toute thérapie'' de la psychose maniaco-dépressive, à la fois l'inévitable progression du patient, et la consternation de celui-ci devant le fait de ne plus pouvoir régresser : il ne peut plus « produire une dépression authentique » ou une vraie manie.}}
{{Réf Livre|titre=Le pervers narcissique et son complice|auteur=[[Alberto Eiguer]]|éditeur=Dunot|collection=Psychismes|année=1989|page=95|partie=II. Applications à la psychopathologie|chapitre=Psychose et perversion narcissique|section=Empire dans la thérapie des états maniaco-dépressifs|ISBN=2 10 002843 X}}
 
[[Catégorie:Concept de philosophie morale]]